Fonds d'investissement - Fonds d'obligations: à ne pas négliger

Les fonds d'obligations attirent de moins en moins l'attention comparativement à d'autres catégories d'actif tels que les fonds d'actions canadiennes ou les fonds d'actions étrangères. La raison? Il s'agit de produits ennuyeux qui fluctuent faiblement, à la hausse comme à la baisse. De plus, les taux d'intérêt bas ont créé un contexte difficile pour les fonds d'obligations. Actuellement, les taux des obligations gouvernementales canadiennes de 10 ans se situent à un peu plus de 4 %, alors que le marché des actions canadiennes vole de record en record...

Pourtant, la détention des fonds d'obligations dans le cadre d'un portefeuille équilibré a encore toute sa raison d'être. Par leur stabilité, ces fonds permettent de réduire la fluctuation d'un portefeuille lors des tourmentes du marché boursier. Par exemple, une détention de 30 % de fonds d'obligations peut faire toute une différence pour un recul boursier de l'ampleur de celui que nous avons connu au début du mois de février dernier ou au début des années 2000.

Une autre raison qui décourage certains investisseurs par rapport aux fonds d'obligations tient à la perception largement répandue qui veut qu'il soit préférable d'investir directement dans les obligations plutôt que d'opter pour les fonds d'obligations. À ce sujet, une étude menée par TD vient prouver le contraire.

Dans un article intitulé «Investir dans les obligations: stratégie d'échelonnement ou fonds communs de placement», la banque compare, pour les 17 dernières années, les performances du fonds TD obligations canadiennes à une simulation de deux stratégies d'échelonnement. Ces stratégies d'échelonnement consistent à investir dans les obligations du gouvernement du Canada, de cinq et de dix ans, en supposant un placement initial de 10 000 $.

Pour la période entière de l'étude, le fonds d'obligations canadiennes TD a réalisé un rendement annualisé de 8,99 % — une performance qui inclut les frais de gestion —, surpassant les rendements de l'échelle d'obligations de cinq ans (7,27 %) et de l'échelle d'obligations de 10 ans (8,63 %). De plus, sur une base annuelle, le fonds de TD a obtenu un rendement supérieur à celui des deux portefeuilles échelonnés pendant 12 des 17 années, soit 71 % du temps.

Un autre aspect important que souligne l'étude: les frais facturés par l'application de la stratégie d'échelonnement. Chez un courtier, vous devez payer une commission chaque fois que vous achetez une obligation. Le problème, c'est qu'il vous est impossible, au moment de l'achat, de connaître les frais à payer pour l'acquisition de l'obligation. Ces frais invisibles peuvent se révéler très élevés, surtout lorsque vous êtes un «petit investisseur». Enfin, pour accéder à votre argent, il faut prévoir d'autres frais qui seront appliqués au moment de la vente.

Du côté des fonds, il y a évidemment les frais de gestion. Il s'agit d'un aspect à ne pas négliger, surtout dans le contexte de taux d'intérêt bas que nous connaissons depuis quelques années. Mais les frais de gestion des fonds d'obligations sont connus de tous. Il est donc facile pour l'investisseur de magasiner les frais les plus bas. Et, en ce qui concerne la vente d'un fonds d'obligations, soulignons qu'aucuns frais ne sont facturés à l'investisseur à moins que la vente ne soit effectuée à l'intérieur d'un délai trop court, période qui est généralement de 90 jours.

Outre le point de vue des frais, le grand attrait des fonds tient à la gestion active pratiquée par des professionnels. Il s'agit d'un avantage quand vient le temps d'investir, par exemple, dans le secteur des obligations d'entreprises, où une surveillance des émetteurs est de mise. L'équipe de gestion doit en effet s'assurer que les émetteurs sont en mesure de verser les coupons et de rembourser le capital à l'échéance. Diverses stratégies peuvent également être mises en oeuvre pour faire face aux fluctuations des taux d'intérêt.

Fonds TD

La famille de fonds TD a une solide réputation du côté de la gestion obligataire. Cette renommée repose sur deux gestionnaires: Satish Rai et Geoff Wilson. Les ratios des frais de gestion sont inférieurs à 1,50 % pour leurs deux fonds de premier plan: le TD obligations canadiennes et le TD obligations à rendement réel. Il s'agit d'un taux très raisonnable compte tenu de la qualité de l'équipe en place.

Le TD obligations canadiennes compte un actif sous gestion de pas moins de neuf milliards. Sur 10 ans, le rendement annualisé s'élève à 6,8 %. Un fait particulier du produit: un total de 55 % du fonds est destiné aux obligations d'entreprises. Étant donné que les taux des obligations de sociétés sont plus élevés que ceux des obligations d'État, le rendement s'en voit amélioré.

Autre produit-vedette chez cette famille de fonds: le TD obligations à rendement réel. Sur 10 ans, le rendement s'établit à 7,6 %. Le fonds est composé d'obligations à rendement réel qui ont comme caractéristique de protéger l'investisseur contre les hausses de l'inflation. Sachez qu'étant donné leur offre limitée, il peut être difficile d'investir directement dans de telles obligations. Ce produit est à considérer de près, surtout avec la résurgence de l'inflation. Au Canada, les dernières données montrent que l'indice des prix à la consommation (IPC) s'est établi à 2,5 % au mois d'avril comparativement à 2,3 % pour le mois précédent. L'inflation de base est maintenant plus élevée au Canada qu'aux États-Unis.

L'acquisition de fonds d'obligations, comme c'est le cas pour les autres catégories de fonds, doit être faite sur une longue période, idéalement sur une durée de 12 à 18 mois.

question@avantages.com

L'auteur est conseiller en placement et président d'Avantages Services financiers, une société indépendante spécialisée dans le courtage de fonds communs de placement et dans la gestion privée.