Libations en Luberon

Le Château Fontvert en AOC Luberon.
Photo: Le Château Fontvert en AOC Luberon.

Paris — Un peu de farniente s'imposait à quelques jours du marathon des Primeurs 2006 à Bordeaux (voir la chronique de la semaine dernière), histoire de respirer par le nez en se fondant dans un des paysages viticoles français les plus bucoliques. Nous sommes en Luberon, ce coin de pays rendu célèbre par l'écrivain anglais Peter Mayle qui, il y a quelques années de cela, avait troqué 2500 heures de pluie bien britannique pour plus de 2500 heures de soleil bien provençal afin de vérifier au passage si la longueur de la sieste était inversement proportionnelle au degré d'efficacité des Vauclusiens.

C'est qu'on ne badine pas avec la sieste dans ce petit paradis situé à l'est d'Avignon, au nord d'Aix-en-Provence et de la rivière Durance, qui trace au sud la limite de l'AOC Côtes du Luberon et où même les fourmis roupillent plus que les cigales!

Un peu plus et j'y croisais la belle Marion Cotillard au Château La Canorgue, où a récemment été tourné le film Un bon cru (A Good Year), mettant aussi en vedette un Russell Crowe visiblement conquis par la beauté des lieux.

D'ailleurs, serait-il incongru de penser que cette région, qui compte quelque 4000 hectares de production avec 14 caves coopératives et 38 caves particulières, puisse offrir autre chose que des vins de qualité? Tant de beauté, d'équilibre et d'harmonie ne peut que se refléter dans le vin, ne serait-ce que par simple mimétisme. Avec près de 40 % de vins vendus à l'exportation à des mordus britanniques, belges et autres nostalgiques de blancs croquants, de rosés friands et de rouges chantants, il serait tentant de penser que oui.

Dans l'ensemble, cependant, j'ai l'impression qu'on pourrait faire mieux et que la carte postale, si jolie soit-elle, souffre des limites de ses propres dimensions. Bien sûr, le vin vibre sous un soleil qui, en raison d'altitudes différentes, ne verse pas dans les nuances confites; il respire une garrigue sauvage et odorante et craque sous l'impact d'un minéral devenu encore plus dramatique en raison d'un stress hydrique évident.

Mais il y manque ce petit quelque chose qui allume l'étincelle et donne des ailes. Je pose ici la question: et si les Côtes du Luberon pouvaient s'adjoindre, dans l'assemblage classique des rouges du sud (syrah, carignan, grenache, mourvèdre, etc.), cette part de cabernet qui, tout juste au sud de la Durance, dans les Côtes de Provence, confère cette dimension supplémentaire? On peut penser à l'appellation Capardès qui, en Languedoc-Roussillon, s'en est prémunie avec succès, liant le «nord» et le «sud» sans y laisser son âme.

Cinq maisons ont retenu mon attention. Ce sont des maisons bien installées qui offrent des vins authentiques, parfois modernes, toujours vrais. Le plus ambitieux? Le Domaine de la Citadelle, géré avec détermination par Yves Rousset-Rouard, qui a porté la superficie du vignoble de 8 à 45 hectares, le tout décliné sur trois gammes de vins, Le Châtaignier, Les Artèmes et Le Gouverneur Saint-Auban, à base de vieilles syrahs et dont se régale, paraît-il, un certain Robert Parker. Ce sont des vins modernes taillés pour plaire. Visitez sur place l'exceptionnel musée du Tire-Bouchon en sirotant la superbe Cuvée Gouverneur en blanc 2006 à base de roussanne, de marsanne, de chardonnay et de viognier.

«Le vin est un instrument politique», dira Jérôme Monod, dont la famille est installée au Château Fontvert depuis plus d'un demi-siècle, en évoquant les revendications historiques des vignerons du Sud qui ont toujours cours aujourd'hui.

Ici, la politique du vin est rigoureuse, et les pratiques viticoles, sérieuses. Les molasses calcaires assurent à la fois tenue, fraîcheur et finesse, que ce soit avec le Fontvert blanc (grenache et vermentino), le glorieux rosé de saignée et les rouges, dont l'élégant et profond Collet de Pierrouret, issu de vieilles vignes de syrah sur coteaux exposés plein sud.

Il y a 16 ans de cela, le publicitaire Allen Chevalier (et ami de Peter Mayle) décidait de se replier dans ce coin du Luberon aux airs de Toscane, à deux rangs de vigne de Lourmarin. Aujourd'hui, avec sa femme et ses filles, l'homme dont l'équipe est à l'origine de la célèbre campagne publicitaire «Aujourd'hui j'enlève le haut, demain j'enlève le bas» retrousse ses manches sur quelque 20 hectares de vigne sans en perdre sa salopette au Château Constantin-Chevalier. De la belle ouvrage!

Les blancs à base de vermentino ont du caractère et les rouges offerts à bon prix offrent à la fois un côté canaille bourré de franchise et des saveurs qui plaisent sans détour. Moi, j'enlève mon chapeau!

On peut aisément comprendre Paul Dubrule, issu d'une famille industrielle du Nord et cofondateur d'Accor (troisième groupe hôtelier mondial), de s'être lui aussi replié dans ce Sud si chaleureux, à deux pas du village de Cucuron, où s'étendent aujourd'hui les 48 hectares du Domaine de la Cavale.

Rien n'est laissé au hasard pour parvenir alors aux deux objectifs que l'homme se fixe: prendre plaisir à boire son vin et pouvoir l'offrir à ses amis. Avec de tels objectifs, La Cavale va droit au but. La facture est moderne, le fruité franc et le terroir respecté. Le Blason de Cavale, la top-cuvée à base de vieilles parcelles de grenache et de syrah, vaut le détour.

Je termine avec les vins de la famille Margan au Château de la Canorgue, près de Bonnieux. Il y a ici une part de magie dans la manière de vivre et de laisser vivre le vin. Pas de bousculade, ni au vignoble, cultivé depuis plus de 25 ans en méthode biologique, ni au chai, où l'aspect technique cède le pas à l'instinct sûr du vinificateur. Beaucoup de fraîcheur dans les rouges avec des tanins souples, goûteux et sans aspérités. La Canorgue Cuvée prestige en vin de pays de Vaucluse, à base de merlot, de cabernet et de syrah, se médite lentement, en écoutant les fourmis ronfler et les cigales travailler... tout en rêvant, bien sûr, à Marion Cotillard.

Adresses utiles

- Maison de la truffe et du vin: http://www-vin-truffe-luberon.com.

- La Bastide de Capelongue (on peut manger et dormir chez le grand chef Édouard Loubet): http://www.capelongue.com.

***

Potentiel de vieillissement du vin 1: moins de cinq ans; 2: entre six et dix ans; 3: dix ans et plus.

Jean Aubry est l'auteur du Guide Aubry 2007 - Les 100 meilleurs vins à moins de 25 $.

www.jeanaubry.typepad.com/ledevoir

***

Les vins de la semaine

La belle affaire

Fumé Blanc 2006

Errazuriz, Casablanca, Chili

14,95 $, no 541250

Ce sauvignon a déjà pris place en terrasse avec sa pointe vive d'agrume et son fruité franc à peine épicé. On croirait même qu'il regarde le soleil droit dans les yeux pour mieux lui confier sa part d'exotisme sur la salade de crabe comme sur celle de crevettes ou de saumon fumé. 1.

Le merlot

Vigneto Le Prunée 2005

Merlot delle Venezie, Tommasi

16,85 $, no 10544757

Il y a de l'étoffe derrière ce merlot qui ne se contente pas seulement d'être rond, facile et aguicheur, il y a plus: une trame tannique veloutée, une tonalité fraîche, un équilibre qui suggère la légèreté sans nuire à la richesse et une pointe de caractère qui fait en sorte qu'on en redemande. Un cran au-dessus du 2004. 1.

La primeur en blanc

Muga 2006, Rioja

17,20 $, no 860189

J'aime le style de cette maison dont les vins me semblent gagner en profondeur avec les millésimes. Un blanc sec moderne, vineux et amplement fruité dont la sève fine et abondante est sans cesse portée par une vitalité particulièrement convaincante. Pas mal du tout sur une escalope de veau panée avec citron ou une paella. 1.

La primeur en rouge

Domaine Labranche Laffont 2003

16,30 $, no 919100

Belle robe sombre et profonde, aux arômes frais, francs et fruités bien lovés autour d'une trame tannique fournie mais sans être rude ni rugueuse. Un rouge de belle constitution, maîtrisé avec art par une Christine Dupuy qui sait avec instinct offrir au tannat ses plus beaux habits de couleur. 1.

Le vin plaisir

Le Châtaignier 2004

Domaine de la Citadelle, Côtes du Luberon

17,35 $, no 880831

Fruité mûr et bien portant, trame fraîche et détaillée par l'apport juste de ces cépages du Sud qui savent retenir le meilleur des parcelles plantées sur sol argilo-calcaire et finale nette et bien propre. À découvrir sur une côte de porc au romarin. 1.

À voir en vidéo