Mieux-être - La beauté intérieure

C'est un cliché que je ne vais pas vous servir! La beauté intérieure, c'est la profession de foi, documentée, de Catherine Pez, venue à Montréal dans le grand froid pour se faire dire qu'elle aurait dû faire un DVD au lieu d'un livre!

Je l'attendais au Second Cup, coin de Maisonneuve et Sainte-Catherine, le soleil réchauffait les tables, il y avait du monde partout. Je l'ai vue entrer et je me suis dit: «Je savais bien qu'elle aurait cet éclat.» La photo de son livre le laissait deviner (La Gymnastique faciale, Éditions de l'Homme). Elle m'a dit qu'elle aura bientôt 60 ans, cinq petits-enfants, et, my, vous auriez eu du mal à la croire.

Elle m'a demandé de toucher ses pommettes, puis son cou. Du tonus, vous savez ce que c'est? J'ai ensuite mis mon index sur ma joue et sur mon cou, mon doigt s'enfonçait dans le moelleux. Ah! c'est donc ça, la gym du visage! Elle m'a montré une photo d'elle, prise il y a deux ans. J'ai vu le regard droit et, stupidement, j'ai dit: mais elle est très bien, cette photo! «Voyez le regard tombant, et cet ovale mal défini de mon visage, cette ligne du menton qui fuit!» Ah. Oui, d'accord...

J'ai demandé: si vous avez développé — «inventé» serait un peu, juste un petit peu exagéré — cette gymnastique, est-ce par opposition à la chirurgie esthétique? Êtes-vous de cette tendance qui émerge selon laquelle les sourcils devraient bouger? Sa réponse m'a plus qu'étonnée: «À la maison, je n'y ai pas droit. J'ai un mari qui y est opposé.» Oups. Les Françaises contre les Québécoises?

Elle m'explique. Elle est mariée depuis 36 ans à un médecin gynécologue, elle a été son assistante pendant 20 ans. Son mari a vu tant de femmes se plaindre de leur chirurgie, il les a vues si changées qu'il ne les reconnaissait plus... «Il m'a dit: "On va vieillir ensemble." Il ne veut pas qu'on me touche. Même les oreilles percées, je n'y ai pas droit.» Vous imaginez ma tête? J'ai préféré en rire, elle a reconnu avoir un caractère docile... Parfois, je les envie, les dociles. Surtout quand elles sont créatives...

Sa philosophie, son approche, née de la nécessité, dirais-je, c'est qu'avant de passer sous le bistouri de la beauté, ou si on se l'interdit pour une raison ou une autre, on peut essayer de faire avec ce que la nature nous a donné.

La beauté intérieure, c'est comprendre que le muscle sous la peau peut contribuer à la forme du visage, à la formation des rides, à la stimulation de ce qui tombe inéluctablement avec le temps... «Le Botox paralyse le muscle. Je dis: ne paralysons pas le muscle, faisons-le travailler. La ride, c'est la peau qui se creuse. Plus vous faites travailler le muscle sous la peau, plus la surface de votre peau sera tendue.»

Un dermatologue qui n'y connaissait pas grand-chose (et ce n'est pas étonnant, la gymnastique faciale est une nouvelle venue, on ne sait guère que les 50 muscles de notre visage, on peut les faire travailler comme le reste du corps), ce dermato, donc, après avoir reconnu du bout des lèvres que, bien sûr, même ses clientes opérées en profiteraient, a dit qu'une intervention sur une peau tonique permet un meilleur rétablissement et que les exercices peuvent probablement prolonger la durée d'un lifting (Catherine Pez dira: de dix ans!)...

Ce dermato a tout de même dit, à propos d'un exercice des yeux: attention, cet exercice, s'il est mal fait, creusera de nouvelles rides. J'ai mis le livre de côté sans aller plus loin. Déjà que faire des grimaces à mon miroir chaque matin ne m'enthousiasmait pas outre mesure...

Ah! mais non, mais non, réplique Catherine Pez. «Les gens pensent qu'ils ne feront pas cela comme il faut! Si vous faites travailler votre orbiculaire de l'oeil à répétition de manière inconsciente en clignant toute la journée, c'est différent! Je vous demande de travailler en conscience, et il y a autant d'importance dans le relâchement que dans la tension. Pour votre visage, la musculation, c'est comme un maquillage qui va durer. J'ai pratiqué pendant deux ans avant d'écrire le livre, ç'a pris encore deux ans pour le faire, et vous voyez bien la différence!»

Vous n'étiez pas là, mais j'en témoigne: une peau du visage tonifiée, musclée, ce n'est pas un biceps, ce n'est pas un mollet. C'est comme une bonne humeur et, en même temps, une sorte de sérénité. Ça parle de santé et, je dirais, de... caractère!

La beauté intérieure, pour notre auteur, c'est aussi l'alimentation antioxydante, les oméga-3, les vitamines E, K, A. En fait, regardez tout ce qu'on met dans les crèmes et dites-vous que vous avez intérêt à le manger plutôt qu'à l'appliquer en surface.

Cette surface, cette peau, se renouvelle sans cesse, et la peau morte traîne sur cette superficie. Exfolier est indispensable, hydrater protège. Tout l'argent qu'on dépense en crèmes de réparation alors qu'il suffirait de faire un effort quotidien — gratuit! — de musculation, vous vous rendez compte? Et ce n'est pas que pour les femmes, messieurs. Votre peau aussi finira par tomber!

Reçu

- J. Courtin, Une réussite en beauté, J.-C. Lattès. C'est l'histoire du fondateur de Clarins. Passionnant.

vallieca@hotmail.com

À voir en vidéo