Long courrier - Un long voyage

C'était en novembre... Il n'y avait même pas de neige. Ma voiture a pris le fossé, sans prévenir. Étant ce jour-là l'unique habitant de cet habitacle, je fus le seul blessé, à la jambe et à la tête, le seul rescapé aussi. Voyage à l'hôpital Sacré-Coeur d'abord et ensuite à l'Hôpital juif de réadaptation.

Un peu plus de trois mois d'hôpital et me voici revenu enfin à la maison, la jambe encore abîmée mais la tête prête à fonctionner. Mes doigts arrivent à courir sur le clavier et j'ai lu vos messages, vos demandes.

Certains me croyaient en vacances, d'autres insistaient pour une réponse hâtive. J'ai répondu à tous et à toutes avec des délais raisonnables dans les circonstances. Et cette chronique Long Courrier reprend comme avant. J'attends vos questions, vos bonnes adresses, vos trucs de voyage, vos partances préférées.

Je remercie les lecteurs de leur patience et je remercie beaucoup l'équipe du Devoir de m'avoir tant attendu et de m'avoir gardé cet espace pour de si beaux voyages. C'est tellement rare.

Le Mexique en liberté

«Je lis chaque fois votre chronique avec beaucoup d'intérêt et j'aimerais que vous me donniez quelques suggestions. La découverte de la route maya, les parcs naturels, les plages et les villages autochtones font partie des sites que j'aimerais découvrir lors de mon prochain voyage. J'aimerais visiter le sud du Mexique (provinces de Yucatan, Campeche et Chiapas) et le Guatemala. Je voyage seul et je cherche à dormir chez l'habitant pour découvrir les particularités régionales et les richesses culturelles cachées. Il existe apparemment des fermes où on peut se loger et j'aimerais que vous m'indiquiez quelques adresses.

«Selon vous, est-il préférable de commercer mon parcours à partir de Playa del Carmen (Yucatan) et ensuite de rejoindre la ville de Guatemala (Guatemala), puis de là prendre mon avion de retour pour Montréal, ou de faire le trajet inverse (arriver à la ville de Guatemala et terminer par Playa del Carmen)?

«Avez-vous des suggestions quant aux endroits à visiter, où dormir, où manger et quant aux activités à ne pas manquer? Le transport interurbain, j'imagine, est la meilleure façon pour voyager, n'est-ce pas? Je parle couramment l'espagnol, alors je ne devrais pas avoir de soucis pour obtenir de l'information une fois sur place.

«Merci beaucoup de nous faire voyager chaque semaine avec vos chroniques.»

Abraham de la Rosa, Montréal

Dans le cas qui vous intéresse, mieux vaut arriver à Guatemala City et repartir par Playa del Carmen. Dans les environs de Playa del Carmen, l'ébullition hôtelière fait surtout dans le tout-compris. Il reste quelques structures qui ont fait les beaux jours de la station dans les années 1970-80 mais qui sont un peu défraîchies, quoique abordables, à La Casa Tucan et Posada Lily.

Pour une association représentant de petites structures dans le coin de Jalisco: l'Asociación de Haciendas y Casonas de Jalisco (www.haciendasycasonasdejalisco.com) a de belles adresses dans la région et ailleurs.

Quant aux transports, vous trouverez ci-dessous une adresse Internet des autobus au Mexique, dont certains débordent à l'extérieur du pays.

Le Mexique, encore

«Nous projetons d'aller passer deux semaines au Mexique. Notre première étape, pour sept jours, serait la ville de San Miguel de Allende et nous voudrions par la suite aller sur le bord de la mer. Est-ce une combinaison possible et si oui, dans quelles conditions? Où aller pour la deuxième semaine? Comment s'y rendre? On m'a dit que les trajets par autobus sont populaires et abordables et que le confort est au rendez-vous.

«Pour le logement, avez-vous des références de maisons à louer ou de petits gîtes? En partant de Montréal, quel trajet en avion est le plus économique?»

Claire Vallée, Montréal

Le bord de mer le plus près géographiquement est du côté de Veracruz mais celui-ci n'est pas extraordinaire. La plage la plus proche, à San Miguel de Allende, est Puerto Vallarta: autour de sept heures en voiture, via Guadalajara. (Activités à San Miguel de Allende: http://www.portalsanmiguel.com/tourist/index.html.)

Les autobus sont très confortables quand vous prenez la première classe. Voici un site très complet sur les autobus au Mexique: http://www.differentworld.com/mexico/common/pages/bus_info.htm.

Pour se baigner, il y a de beaux petits plans balnéaires d'eaux thermales aux alentours de San Miguel, en direction de San Luis Potosí.

Là bas, il y a aussi des chutes, des rivières et une maison super intéressante à visiter, à Xilitla, là où se trouve Las Posas, le jardin d'éden d'Edward James, un milliardaire britannique, bâtard royal et copain de Dali, Picasso et autres artistes pas trop anonymes.

Un jour qu'il passait dans le coin, il acheta le village et les terres autour et se fit construire dans cette jungle inhospitalière une maison aux grandes ouvertures et aux décors de plantes géantes, des sources revigorantes et des signes que lui seul comprenait. Il disait que cet art est un art à finir, c'est-à-dire que les mousses devront un jour tout recouvrir, que les séismes détruiront la maison et les jardins de rêve. Et qu'il ne faudra jamais rebâtir.

Aujourd'hui, le fils du charpentier, qui fut l'ami de sir Edward James et le confectionneur du lieu, a hérité du site. On peut dormir dans des chambres bancales perchées aux arbres ou en faire la visite guidée en espagnol et en anglais.

Il y a une petite maison qui m'a fait hurler de rire... à cause de son nom: la maison de deux étages qui aurait pu en avoir trois. Et on l'imagine bien avec trois étages.

Des mains de pierre plantées dans les plantes et dressées vers le ciel et des cages. Pour les ours, les boas, les panthères et... les femmes infidèles.

À visiter à jeun... http://www.descubresanluispotosi.com/web//ing/indexx.htm.

Pour ce qui est du prix du transport aérien, soyez aux aguets chaque semaine: d'Air Canada à Air Transat en passant par Mexicana, il y a toujours de bonnes affaires selon l'indice de remplissage hebdomadaire.

Bonnes adresses

«Voici une excellente adresse de gîte à Carnac (10 minutes à pied de la thalassothérapie, 15 de la plage, un peu plus pour les alignements). M. et Mme Le Tirant (des gens à la retraite fort charmants), 39, rue de Saint-Colomban, 56340 Carnac, FRANCE, tél: 33 0 2 97 52 04 39.

«Nous y avons été traités comme des rois, la chambre était spacieuse et calme et la salle de bains aussi grande que notre chambre d'hôtel au Mont-Saint-Michel. Soixante euros la nuit, petit-déjeuner compris, pour deux personnes.»

Manon Plouffe

À suivre

En France, le Centre national du costume de scène à Moulins, en Auvergne, ouvert depuis l'été dernier, fait revivre les plus beaux costumes et décors de théâtre, de ballet ou d'opéra.

Ce nouveau lieu de culture présidé par Christian Lacroix est le premier centre au monde dédié au costume de scène.

Il a reçu pour mission de restaurer, d'étudier et de valoriser les collections qui lui ont été confiées par la Bibliothèque nationale de France, la Comédie-Française et l'Opéra national de Paris, ses trois institutions fondatrices.

Parmi les 8500 costumes et pièces uniques désormais conservés à Moulins, le visiteur découvrira au fil des expositions temporaires des habits de scène de la Callas, de Placido Domingo, des étoiles de l'Opéra de Paris ou des sociétaires de la Comédie-Française.

Les plus anciens datent du XIXe siècle, d'autres servaient encore il y a quelques mois. Pôle de ressource du costume de scène, le CNCS est doté d'un centre de formation, d'un centre de documentation spécialisé et d'un autre de restauration textile.

Il propose aux professionnels et aux écoles des stages de perfectionnement, d'enseignement ou de sensibilisation et organise rencontres et colloques. http://www.cncs.fr.

À lire, voir, écouter

À se procurer absolument: l'antiguide par excellence La Molvanie - Le pays que s'il existait pas, faudrait l'inventer, de Santo Cilauro, Tom Gleistner et Rob Sitch, chez Flammarion. Un délire pastiche des guides Lonely Planet avec un pays inventé, la Molvanie. Rien n'est laissé au hasard.

Des recettes de cocktails, des restaurants à la mode ou à éviter, des soirées inoubliables, des après-midi à oublier.

On serait tenté de croire à un pays de l'ancien Bloc de l'Est, et il est vrai qu'il y a du Prague, du Budapest ou du Bucarest dans certaines pages. Il y a surtout une fantastique leçon: fallait y penser...

Envoyez vos questions et bonnes adresses à lkiefer@ledevoir.com.

À voir en vidéo