L'amour au temps de la censure

Vous rappelez-vous ces silhouettes opaques, de dos, incrustées numériquement dans la scène d'orgie d'Eyes Wide Shut et qui servaient à cacher, de façon par trop commode, les ébats les plus olé-olé et toutes ces parties génitales qu'on ne saurait voir? Ce masquage de dernière minute, produit sans le consentement de Stanley Kubrick, décédé trois mois avant la sortie de son film, avait provoqué tout un débat aux États-Unis et remis dans la mire de l'Amérique libérale la Motion Picture Association of America (MPAA), organisme tout-puissant qui émet les certifications des films et qui, sans ce bizutage censeur sur l'ultime opus du maître, lui aurait apposé le sceau NC-17.

Par comparaison, le classement «18 ans» de la Régie du cinéma du Québec est beaucoup moins contraignant, ne serait-ce que parce que les propriétaires de salles de cinéma de la Belle Province ne s'opposent en général pas à la diffusion de films pour adultes dans leurs salles. Il en va autrement chez nos voisins. De fait, dans les salles situées sous la «ceinture biblique», on préfère regarder brûler des cierges en se passant sous le manteau des copies piratées et, des grands temples de la consommation familiale comme Blockbuster et Wal-Mart, les DVD classés NC-17 sont systématiquement exclus. Résultat: l'accès au succès d'un film classé NC-17 est quasi impossible.

Ce long préambule pour vous dire que la MPAA fait l'objet d'un passionnant documentaire de Kirby Dick intitulé This Film Is Not Yet Rated, à paraître mardi en DVD. Mary Harron (American Psycho), Kimberley Pierce (Boys Don't Cry), John Waters (A Dirty Shame), Matt Stone (South Park) et Atom Egoyan (Where The Truth Lies) y racontent leurs déboires avec cette association aussi secrète que la CIA, où les noms des membres des comités d'évaluation et d'appel (ce dernier comprenant un pasteur de l'Église épiscopale et un prêtre de l'Église catholique) sont gardés secrets afin de leur épargner une pression indue. De la part de qui, au juste? C'est ce que demande Kirby Dick, qui démontre clairement que ceux-ci sont en dialogue permanent avec les patrons des grands studios, dont la MPAA constitue le principal bras politique.

Empruntant au film d'espionnage, le cinéaste, incapable de se faire admettre dans l'enceinte de l'immeuble de la MPAA à Encino, en Californie, a commandité une enquête menée par une firme privée afin de découvrir l'identité des classeurs de la MPAA. Résultat: des parents, arrivés là on ne sait comment ni pourquoi, et qui classent les films sans formation ni balises. Si bien que leurs décisions reflètent, mieux qu'un sondage, les préjugés défavorables des Américains envers la sexualité active et leurs préjugés favorables envers la violence active. Ainsi, des orgies meurtrières, avec éviscérations et démembrements, valent généralement aux films qui en font l'étalage un classement R (restricted, signifiant que les moins de 17 ans doivent être accompagnés d'un adulte) alors qu'une scène suggérant un cunnilingus lesbien ou un plan sur le visage d'une amoureuse atteignant l'orgasme lui vaut presque automatiquement l'infâme NC-17.

Conclusion de tous les témoins: le sexe effraie, bien plus que la violence. Autre hypothèse: la violence est le principal appât de la clientèle cible des studios (les hommes de 15 à 35 ans). Tandis que les indépendants et les cinémas étrangers, qui par définition abordent des sujets plus intimes (dont la sexualité, sous toutes ses manifestations, belles et moins belles), sont malmenés par ce que Bingham Ray, fondateur d'October Films (devenue Focus Festures), appelle «le dernier vestige d'un système de censure».

La bonne nouvelle, c'est que This Film Is Not Yet Rated a ébranlé la MPAA. Au Festival de Sundance, il y a 15 jours, son président, Dan Gluckman, annonçait que l'organisme allait procéder à quelques réformes, dont celle consistant à rendre plus transparent son processus décisionnel: «Ce documentaire a révélé que nous n'avons pas fait tout ce qu'il fallait pour expliquer au monde le fonctionnement de la MPAA», reconnaissait le successeur du célébrissime Jack Valenti dans les pages de Variety. Parmi ces réformes, soulignons que les règlements seront dévoilés sur le site Internet de l'organisme, que les noms des trois «classeurs» principaux seront dévoilés publiquement et que ceux dont les enfants ont atteint l'âge adulte devront céder leur place afin que le mandat de la MPAA, une association de «concerned parents», soit respecté. En outre, et c'est là une des réformes les plus révolutionnaires, les cinéastes et producteurs qui en appellent des décisions de la MPAA pourront enfin invoquer d'autres scènes semblables, dans d'autres films plus généreusement classés, pour étayer leur preuve. À chaque fellation, fellation et demie?

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

1 commentaire
  • . Les Frères des Écoles Chrétiennes - Inscrit 2 février 2007 10 h 37

    Nus

    Instruction