Dois-je payer comptant ma nouvelle propriété?

J'ai présentement 36 ans et je viens de changer d'emploi, partant de Montréal vers la région avec ma conjointe et mes deux enfants. La vente de ma propriété me permettra de dégager un profit substantiel que je désire affecter à la meilleure stratégie d'investissement possible. Voilà ma situation:

- vente nette de ma propriété: 195 000 $;

- hypothèque résiduelle: 55 000 $;

- achat d'une nouvelle propriété: 130 000 $ (rénovations y compris) — hypothèque de 105 000 $;

- REER divers: 60 000 $;

- liquidités: 10 000 $;

- cotisation au REER admissible: 40 000 $;

- revenu brut en 2006: 100 000 $;

- revenu de ma conjointe en 2006: 20 000 $;

- une voiture payée.



J'aurais la possibilité de rembourser intégralement mon prêt hypothécaire résiduel et de payer la nouvelle propriété comptant. Cependant, je crois qu'il serait préférable de cotiser 40 000 $ à mon REER pour diminuer mon revenu imposable 2006 et bénéficier d'un retour d'impôt substantiel. De cette manière, je pourrais rembourser l'ensemble de mes emprunts: 195 000 - 55 000 = 140 000 - 130 000 = 10 000 + 10 000 = 20 000 $ de liquidité - 40 000 $ (REER) = -20 000 $ + 20 000 (retour d'impôt sur 40 000 $ dans le REER) = 0 $ (pas de dettes). J'ai l'intention de me servir de mon pouvoir d'emprunt pour hypothéquer ma nouvelle propriété au moment opportun et investir dans une petite entreprise dont ma conjointe pourrait s'occuper afin qu'elle puisse générer un revenu supérieur à son revenu annuel normal (de 20 000 $ à 30 000 $ par année). Il est également possible que je préfère conserver une hypothèque résiduelle de 20 000 $ pour m'initier à la Bourse selon vos bons conseils.

Comme vous le constatez, j'ai la chance d'avoir plus d'une option d'investissement. Je voudrais en profiter au maximum.

Qu'en pensez-vous?

S. P.

Emprunter pour investir à la Bourse n'est pas mon fort. Je juge nettement préférable de construire son portefeuille d'actions de grandes compagnies graduellement, au rythme de son épargne. En agissant de la sorte, vous aurez tout le temps voulu pour faire votre apprentissage du monde du placement, vous familiariser avec les entreprises dignes de faire partie de votre univers de placement et de saisir les bonnes occasions au bon prix lorsqu'elles se présenteront.

Vous savez, l'une des pires situations pour une personne, en matière de gestion des épargnes, est d'avoir illico quelques centaines de milliers de dollars à investir sans aucune connaissance du monde du placement. Vous avez là une proie idéale pour les vendeurs de produits financiers de tout acabit. En quelques semaines à peine, cette personne aura probablement commis la totalité de la somme à investir. En quelques semaines à peine, alors qu'il faut au minimum un an et demi pour lancer correctement un portefeuille d'actions.

Donc, pour ce qui est d'emprunter sur la valeur de votre résidence pour investir à la Bourse, oubliez cela. Construisez votre portefeuille d'actions au rythme de votre épargne, surtout que, comme vous n'aurez plus d'hypothèque à rembourser, votre capacité d'épargne sera maintenant très élevée. Quelques années suffiront pour que votre portefeuille d'actions passe la barre de 200 000 $.

Un premier pas dans ce sens sera certainement de verser, comme vous le suggérez dans votre lettre, tous vos droits de cotisation (ils s'élèvent à 40 000 $) au REER. En fait, vous devriez le faire en répartissant en parts égales les cotisations à verser entre votre REER et celui de votre conjointe (vos droits de cotisation peuvent être versés dans votre REER et celui de votre conjointe tout en déduisant lesdites cotisations de votre revenu annuel de 100 000 $). Vous disposerez ainsi tous deux de 20 000 $, sommes que vous pourrez utiliser (en plus de la somme actuelle de 60 000 $ dans vos REER) pour amorcer la construction de votre portefeuille d'actions.

Car, à votre âge, la priorité va aux actions en matière de valeurs mobilières. Aussi pouvez-vous donner préséance aux actions tant dans le REER qu'en dehors du REER, et ce, pendant encore une bonne dizaine d'années. Après quoi vous verrez à asseoir votre portefeuille en le répartissant entre les titres à revenus de qualité et les actions. Rendu là, vous inscrirez en priorité les titres à revenus fixes dans votre REER et les actions dans le portefeuille hors REER.

En épargnant environ 20 % de votre revenu familial annuel, vous aurez vite fait de construire de la sorte (tout en cotisant chaque année le maximum permis au REER) un portefeuille d'actions de 200 000 $ et plus.

Par ailleurs, votre épouse pourra sous certaines conditions retirer de son REER jusqu'à 24 999 $ affranchis de tout impôt pour démarrer sa petite entreprise. Les principales conditions sont:

- ces actions ne pourront être admissibles que s'il s'agit d'une petite entreprise dite active (ici, plusieurs conditions permettent d'établir si une petite société est active, conditions qui portent sur le nombre de clients, le nombre d'employés et sur le fait qu'au moins 90 % de l'actif sert directement à son exploitation);

- ces actions ne sont admissibles au REER que si le (ou la) contribuable et toute personne ayant des liens de dépendance avec lui (ou elle) détiennent ensemble, dans le REER et en dehors de leur régime, entre 10 % et 50 % (pas plus) des actions en circulation de ladite société;

- si la condition précédente est respectée, les actions de la firme privée sont admissibles au REER et au FERR, mais leur coût fiscal ne doit pas dépasser 24 999 $ par contribuable;

- si la participation du contribuable excède 50 % des actions en circulation, les actions de ladite société ne sont tout simplement pas admissibles au REER ou FERR.

Selon les règles précédentes, votre épouse peut donc recourir à son REER ou FERR jusqu'à hauteur de 24 999 $ pour démarrer son entreprise. Elle peut également se joindre à d'autres contribuables qui pourront aussi investir chacun 24 999 $ de leur REER ou FERR dans les actions de la petite entreprise. Évidemment, ces associés ne doivent avoir aucun lien de dépendance entre eux ou avec votre épouse avant et immédiatement après l'acquisition desdites actions.

cchiasson@proplacement.qc.ca

Classe Internet: www.proplacement.qc.ca

***

Claude Chiasson fera relâche durant la période des Fêtes. Il sera de retour le 6 janvier.