James au temps du choléra

James Hyndman, le fantasme le plus chauve que j’aie jamais rencontré.
Photo: Jacques Nadeau James Hyndman, le fantasme le plus chauve que j’aie jamais rencontré.

Il arbore des allures d'aristo qui ne sont pas sans rappeler celles du mythique docteur Juvenal Urbino dans L'Amour au temps du choléra. Il endosse l'élégance échue aux hommes qui mesurent les embûches du haut de leurs six pieds (et trois pouces et demi!), le panache de celui qui ne passe jamais inaperçu. Son éloquence est mise au service d'un choix d'adjectifs qui trahissent la fréquentation assidue des lycées privés ou de bibliothèques bien garnies.

La couverture de la COVID-19 et les 7 premiers articles sont gratuits.

Vous devez avoir un compte pour en profiter.

Créer un compte

?Déjà abonné? .