Technologie - Une surprenante boîte à outils

Après quelques semaines à tester Tinderbox, revoici votre pas très humble confronté au même dilemme: comment catégoriser un tel produit? Il est très rare que l'on ne puisse classifier un produit dans une catégorie ou une autre. Pourtant, Tinderbox résiste à tous mes efforts. Une chose est certaine toutefois, Tinderbox est un logiciel unique, différent et totalement hors norme.

Il y a de ça plusieurs semaines, au hasard de mes navigations, je tombai sur les propos d'un auteur de carnet Web qui s'emballait devant les prouesses et les possibilités de Tinderbox. Je téléchargeai donc la chose, curieux de voir de quoi il en retournait.

Après plusieurs expérimentations avec la version démo, je demandais à son concepteur, Mark Bernstein, une licence pour pouvoir continuer à explorer le monde Tinderbox (Tinderbox est disponible uniquement en version Macintosh pour le moment, mais l'auteur nous assure qu'une version Windows est actuellement en préparation et que celle-ci sera disponible en 2003). Mais qu'est ce que Tinderbox?

Métaphore logicielle de ces petites boîtes de rangement qui servent de fourre-tout, Tinderbox est, au choix, et selon votre humeur: un gestionnaire d'idées (outliner), un gestionnaire et concepteur d'organigrammes «à la Visio», un outil pour prendre des notes et les classifier, un outil d'aide aux remue-méninges.

Il peut aussi se métamorphoser en un progiciel de publication de carnet Web (blogue) ou en un outil d'aide à la scénarisation Web.

Précurseur

Il y aurait bien d'autres façons de vouloir vous définir ce qu'est Tinderbox, mais les paragraphes me manquent, tout comme les mots. La seule comparaison possible est le logiciel de programmation Hypercard, d'Apple, qui a servi autant à faire de simples carnets d'adresses, qu'à créer un jeu aussi sophistiqué que la première mouture de Myst (authentique). Mais, bien que Tinderbox ne soit pas un outil de programmation, mais de création, grâce à ses agents intelligents intégrés, il est possible de lui demander de réaliser certaines opérations fort complexes.

Bref, quoi qu'il en soit, Tinderbox est un progiciel précurseur et innovateurÉ mais innovateur de quelle façon, je me le demande toujours. Toutefois, il est facile de constater en l'utilisant régulièrement que Tinderbox est quelque chose de vraiment unique.

En réalité, pour comprendre un peu ce qu'est Tinderbox, et surtout, ses possibilités, il faut connaître l'homme derrière le logiciel et les concepts sous-jacents à sa conception.

Mark Bernstein est un passionné (et une sommité) de l'hypertexte, d'histoire et de littérature. Tellement passionné que deux années durant, il fut responsable du programme de la conférence «Hypertext», une section de la prestigieuse association ACM.

Bref, Bernstein, fasciné par les concepts d'hypertexte, créa il y a quelques années de cela, le progiciel StorySpace, le seul logiciel qui, à ma connaissance, permette d'écrire de la littérature «hypertextuelle». Imaginez qu'au lieu de lire une oeuvre de façon linéaire, comme dans un livre, de la première à la dernière page, vous pouviez créer un roman ou une nouvelle, qui puisse se lire sur de multiples petites fiches cartonnées 3x5, et de façon non linéaire. À moins que ce texte demeure dans un format électronique, et qu'en plus d'être publié sur le Web, cette oeuvre puisse inclure sons et vidéos.

Bref, vous comprendrez que StorySpace est encore un produit marginal, car le nombre d'écrivains pouvant penser en mode 3D est plutôt restreint. Pourtant, plusieurs auteurs se sont frottés à l'hypertexte, et de nombreuses oeuvres sont disponibles sur le site de Mark Bernstein. Lire une véritable nouvelle «hypertextuelle» est une expérience nouvelle et fascinante bien qu'en tant que lecteur, vous deviez aussi faire quelques efforts pour habituer à cette nouvelle forme de lecture.

D'ailleurs, pour le plaisir d'explorer plus à fond les sentiers de l'hypertexte, nous avons réussi à séduire l'écrivain Stanley Péan avec les concepts de littérature hypertextuelle et StorySpace au point que celui-ci a gentiment accepté de tester celui-ci. D'ici un mois environ, outre une recension de StorySpace, nous vous livrerons ses commentaires ainsi qu'une petite nouvelle réalisée en hypertexte avec ce progiciel. Mais je ne vous en dis pas plus, même si les doigts sur mon clavier me démangent.

Mais tout ceci, bien qu'ayant un rapport direct avec Tinderbox, nous éloigne malgré tout de notre sujet. Un sujet sur lequel nous reviendrons, car mon but n'était que d'attirer votre attention sur ce progiciel plutôt particulier. Tinderbox fait en ce moment les frais d'un essai à long terme et nous reparlerons de ses performances et de ses possibilités ainsi que de l'hypertexte.

Et, encore une fois, que les utilisateurs du système d'exploitation Windows se rassurent. Bien que disponible uniquement pour Macintosh (pour une fois!), une version de Tinderbox pour les aficionados de l'Oncle Bill nous est promise pour 2003. Parce que ce serait dommage que vous ne puissiez faire connaissance avec un des rares produits vraiment innovateurs.

Pour ma part, je retourne explorer Tinderbox, tout en me demandant encore ce qu'est vraiment ce produit.