Long courrier

Dans la vallée du Drââ, au Maroc. Photo: Office national marocain du tourisme
Photo: Dans la vallée du Drââ, au Maroc. Photo: Office national marocain du tourisme

Maroc et Tunisie - «Nous songeons à aller au Maroc ou en Tunisie pour un séjour minimum de 15 jours pendant la période des Fêtes ou juste après Noël. Est-ce une bonne période pour y aller question température, possibilités d'hébergement, coûts, etc.? Vos avis et commentaires seraient appréciés.» Mme Lessard, Montréal

Maroc ou Tunisie? That is the question, comme dirait le prophète un soir de grand vent... En décembre et janvier, on trouve beaucoup moins de touristes dans ces deux pays du Maghreb. Le climat doux en bord de mer (15 à 20 degrés le jour) est beaucoup plus frais dans les hauteurs marocaines (-5 ou -6 la nuit). Il y a du tourisme de montagne à Oukaïmeden (Maroc), avec station de ski à plus de 3000 mètres et treks dans les vallées du Drââ et de Dadès, où il faut de bonnes laines. Et il y a les dérives du désert tunisien avec des températures encore chaudes le jour et descendant sous zéro la nuit.

En optant pour le Maroc, je vous conseille de faire une partie au sud de Marrakech (Ouarzazate, Erfoud, Zagora, la vallée de Dadès) et de finir par la côte à Essaouira, en passant par des bouts de montagnes et Taroudant. Évitez Agadir, qui est une mauvaise carte postale balnéaire.

Pour la Tunisie, descendez la côte par Carthage et Hammamet jusqu'à Sfax. Vous pouvez séjourner en face, dans les îles de l'archipel Kerkenna, dont deux habitées (Chergui et Gharbi), qui sont de véritables aubaines quant au coût de la vie. Ensuite, quelques portions de désert du côté des Chotts du Nefzaoua et des sables du Grand Erg oriental. Vous pouvez vous joindre à une méharaie ou le faire en 4X4. Dans le premier cas, il faut être prêt à rester sur un dromadaire pendant plusieurs jours et à accepter l'hébergement sous la tente.

Dans les deux cas, ce qui coûte le plus cher, ce sont les excursions dans le désert ou les treks en montagne. Sinon, les hôtels et les restaurants sont bon marché (50 $ par jour pour les hôtels de catégorie moyenne et vous pouvez très bien manger à 15 $ ou moins).

Pour des établissements un peu plus onéreux, les ryads du Maroc sont une version de charme et de luxe des bed and breakfast de nos villes et de nos campagnes. Ensuite, il suffit de choisir...

***

Au nom du père...

«Pourriez-vous me suggérer un site Internet où je pourrais obtenir la liste des monastères qui offrent l'hébergement en France? Je vous remercie de votre collaboration.»

Johanne Isabelle, Montréal

Le site www.cef.fr/catho/liens/sanctuaires/abbayes.php permet de trouver un lieu d'accueil pour un week-end de calme et de méditation, de trouver un endroit de retraite dans une abbaye, de trouver de l'artisanat monastique ainsi que de la littérature spirituelle et culturelle, de faire la découverte artistique et spirituelle des cathédrales et de quelques abbayes, de connaître les grands pèlerinages et leur organisation ainsi que les nombreux sanctuaires disséminés dans toute la France.

Les lieux sont classés par ordre alphabétique. Pour des renseignements concernant les abbayes et les monastères de France (bénédictins, chartreux et cisterciens): http://espritdumonde.free.fr. Quant à www.abbayes.net, c'est le site-portail de la vie monastique et de tout ce qui s'y rattache. Référencement, également, d'un certain nombre de sites d'abbayes antiques aujourd'hui devenues centres culturels et présentation de la vie monastique dans tous ses détails.

Enfin, www.catholiens.org fait dans la précision avec la présentation de certaines communautés qui reçoivent en France, en Belgique et en Suisse.

***

Bonnes adresses

«Un petit mot pour vous mentionner que nous avons retenu votre suggestion de séjourner au Kléber lors de notre passage à Strasbourg. À part le fait que les salles de bains sont minuscules, nous avons choisi la chambre Rose désir et l'avons appréciée.

«En fait, au moment de la réservation, j'ai mentionné que c'était à votre recommandation que je désirais réserver notre chambre et le proprio nous a fait la proposition suivante: deux chambres pour 100 euros, petit-déjeuner compris. Notre fille de 21 ans nous accompagnait. J'ai jugé que nous faisions une bonne affaire. Effectivement, M. Halengenstein s'est montré très gentil et nous avons apprécié l'emplacement et la proximité de la cathédrale et les rues piétonnes. En passant, j'ai laissé une copie de votre article du samedi 28 mai à M. Halengenstein. Un excellent séjour à Strasbourg.

«Je me permets, dans un autre registre, de vous faire une suggestion: un séjour d'une nuit au gîte La Bicyclette fleurie (la-bicyclette-fleurie@club.fr), près de Crémieu, en France. Ce fut un séjour des plus agréables dans une ville médiévale. Et que dire de la Corse? Nous nous y sommes tellement plus que nous y retournons l'an prochain. Je vous lis régulièrement et j'apprécie vos chroniques. Bonne continuation.»

Diane Lacroix, Saint-Lambert

À suivre

À partir du 1er octobre prochain, un film de deux minutes réalisé par ECPAT (End Child Prostitution, Child Pornography and Trafficking of Children for Sexual Purposes) sera diffusé sur tous les vols long courrier d'Air France. ECPAT est un réseau international représenté dans plus de 70 pays (ECPAT Canada: tél. 416 323-9726), avec des affiliations à des groupes locaux qui se battent pour le droit des enfants.

Au Canada, c'est Beyond Borders - Au-delà des frontières (www.beyondborders.org) qui, sous la présidence de Rosalind Prober, intervient auprès du gouvernement pour faire amender la loi C27 (amendement Prober concernant le tourisme sexuel et permettant de juger tout Canadien qui a utilisé des services sexuels de la part d'un enfant dans un pays étranger et de le juger au Canada — extraterritorialité). Une première condamnation a été faite au Canada en juin 2005: Donald Bakker avait plaidé coupable à des accusations de délits sexuels sur des jeunes filles de 7 à 12 ans à Svay Pak, au Cambodge.

Les États-Unis ont placé des panneaux muraux au Cambodge et en Thaïlande avec ce libellé: «Abuse a child in this country and go to jail in yours.» Mais ce fléau n'est pas une spécialité asiatique. Notre Sud (Mexique, Cuba, Costa Rica, Honduras, République dominicaine, Venezuela, pour ne nommer que ceux-là) fait partie des terrains de chasse des prédateurs sexuels au même titre que des pays aussi sympathiques que la Croatie, le Maroc, la Tunisie et autres africanités.

Il serait peut-être temps que nos voyagistes introduisent dans leurs brochures idylliques quelques encarts avec des références d'associations locales et des numéros de téléphone. Air Canada et Air Transat pourraient également suivre l'exemple d'Air France ou de Lufthansa et distribuer le clip entre les messages du pilote et ceux des agents de bord.

Enfin, le site www.cyberaide.ca est le service pancanadien de signalement d'enfants exploités sexuellement sur Internet.

***

Envoyez vos questions et bonnes adresses à lkiefer@ledevoir.com.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.