Long courrier

Échangistes responsables

«Il existe une quantité importante de sites Internet permettant de voyager en échangeant notre résidence contre une autre dans un pays de notre choix, en vertu d'une entente réciproque. En me promenant de l'un à l'autre, j'ai l'impression de me retrouver dans une jungle. Avez-vous quelques conseils à donner aux personnes qui voudraient tirer profit de cette formule qui permet de réduire sensiblement les frais de voyage? Par exemple, où trouve-t-on des sites offrant un vaste choix de destinations et qu'on peut consulter sans avoir à payer des frais d'adhésion? Certains types de sites sont-ils à éviter? Merci pour vos conseils et votre intéressante chronique.»

Victor Tremblay, Montréal

Il est vrai que l'échange de maisons ou d'appartements pendant la période des vacances est devenu aujourd'hui une petite industrie. Chaque année, quelques sites apparaissent pour très peu qui disparaissent. C'est pourtant une pratique bourgeoise qui avait déjà cours dès le XVIIIe siècle, où le marquis de Lespinasse trouvait fort intéressant de visiter les terres d'une comtesse toscane tandis que cette dernière profitait en toute sérénité, au même moment, du manoir languedocien du marquis et de ses valets.

La pratique ne s'étendit pas plus à cause des nombreux conflits et des troublions qui entouraient les domaines lorsque ceux-ci n'étaient pas habités par les vrais proprios, ainsi que des conflits contemporains liés à nos époques agitées. Imaginons simplement que des échanges d'appartements se soient faits avec vue sur deux tours, à New York, un certain 11 septembre 2001...

Cette façon de voyager a toutefois été reprise après la Seconde Guerre mondiale entre gens bien intentionnés comme les écrivains, les théâtreux ou autres scientifiques. Cette pratique intéresse avant tout les propriétaires de maisons ou d'appartements sympas et, pour certains, représente le charme secret de la bourgeoisie. Il est très rare de voir sur un site une demande d'échange pour un schack abitibien ou le trois-et-demi d'une favela carioca.

Les sites qui n'ont pas de frais d'adhésion ne sont ni pires ni meilleurs que ceux qui en ont. Ils retirent simplement des revenus par d'autres moyens, comme des bandeaux publicitaires.

Parmi ceux qui existent depuis longtemps et qui donnent des conseils en fonction d'un protocole d'entente et d'échange entre maisons intéressées à travers le monde, on retrouve homelink http://www.homelink.fr/reussir.htm. Il faut surveiller sur ces sites les mises à jour et le mois où elles apparaissent. Ne vous fiez pas aux commentaires des témoignages des sites, ils sont tous dithyrambiques. Lorsqu'un premier contact est intéressé par votre maison, téléphonez-lui (la voix porte conseil) et échangez photos (vous, votre entourage, votre voisine, chien et chat si inclus dans l'entente); vérifiez vos assurances voiture, maison; bloquez le téléphone sur le local et rangez votre collection de porcelaine du XVIe (un accident est si vite arrivé).

Si vous êtes enseignant, il existe un site d'échange d'appartements et de maisons d'enseignants dans le monde entier (20 pays représentés): http://www.internest.org. Si vous ne voulez pas passer par un de ces organismes, vous pouvez toujours placer une annonce dans un journal professionnel du pays désiré (médical, pub, coiffure, beauté, retraité) ou via une association qui a la même passion que vous (papillons). Sinon, comme certains, vous construisez votre page Internet personnelle avec votre maison, votre environnement et votre envie d'échanger comme témoin.

Voici quelques sites à répertorier: www.france-quebec.asso.fr; http://www.echangedemaison.com; http://www.provencequebec.com; http://www.livingaway.com/cafr; http://www.domus2domus.com; http://www.trocmaison.com; http://www.echangedevacances.com; http://www.entreamis.com; http://nomade.aliceadsl.fr/cat/societe_vie_pratiqu/immobilier/agences_immobilieres/echange_maison. On peut également essayer sur les forums du Routard ou de Lonely Planet.

Loueurs italiens

«Nous allons en Italie au mois de juin pour une période de 24 jours. Nous avons l'intention de louer une voiture pour 14 jours alors que nous voyagerons entre Rome et Venise. J'aimerais savoir s'il y a un avantage à louer la voiture par l'intermédiaire de notre agent de voyages ou si on peut très bien faire affaire directement, par Internet, avec la compagnie Maggiore ou Sixt; de cette façon, il semble plus facile de réserver la voiture de notre choix car avec l'agence, on ne peut louer que des modèles Ford.»

Denise Gonthier, Montréal

En ce qui concerne les locations de voiture en Italie avec prise en charge à Rome et restitution à Venise (d'aéroport à aéroport), la compagnie Maggiore a les meilleurs tarifs pour une Fiat Punto ou une Mercedes A316 pour une durée de 14 jours, en juin, aux alentours de 714 $ avec kilométrage illimité, assurances comprises. Un tarif pratiquement similaire est disponible chez Hertz mais avec des Ford Fiesta que vous ne semblez pas spécialement apprécier, avec les mêmes conditions, pour 14 jours. Pour une Fiat Ida, comptez 942 $. Tarifs un peu plus élevés avec Sixt et une Fiat Punto en kilométrage illimité à 1049 $, mais avec des frais supplémentaires en cas d'abandon de véhicule.

Vous pouvez réserver en direct par Internet pour des compagnies comme Maggiore ou Sixt, sans passer par votre agent de voyages au Québec. Toutefois, dans ce cas, si une erreur ou un incident majeur survient avant ou pendant votre prise de véhicule, il est plus difficile de demander un dédommagement vu que ces transactions sont faites en dehors de la Loi de la protection du consommateur et de la Loi régissant les agents de voyages du Québec. Les compagnies proposent un type de voiture X ou similaire, c'est-à-dire une catégorie de véhicule pour un tarif donné. Le similaire pouvant être une Ford... ou par manque de véhicule une voiture de catégorie supérieure. C'est gratifiant au début, mais cela coûte plus cher en essence. Prix du carburant en Italie: environ 1,75 $ le litre d'ordinaire sans plomb.

Autre forme de location: la formule achat-rachat, avec une voiture neuve de marque Peugeot: prise en charge à Nice et restitution à Rome, pour une période de 17 jours, kilométrage illimité et assurances comprises. Pour une Peugeot 306, comptez 1215 $. www.europauto.qc.ca.



Toronto entre chic et toc

«Nous devons passer au moins trois nuits à Toronto avec deux enfants de six et huit ans et nous ne savons pas où loger entre les bed and breakfast victoriens trop chic et l'Auberge jeunesse à trois lits (chambre familiale) ou quatre lits simples... Nous devons être au centre-ville, près du 401 Richmond St. W., entre les 1er et 5 mai 2006, avec un mini-budget. Nous aimons les endroits chouettes mais simples... Nous irons probablement en train depuis Rimouski. Merci!»

Steve Leroux, Rimouski

Si cela peut vous rassurer, je connais un bed and breakfast victorien mais pas chic qui se nomme Feathers et qui se trouve sur Wells Street, près de Bloor et Yonge, à cinq minutes d'une station de métro: deux chambres à coucher, où on n'accepte ni les fumeurs ni les chiens mais où on aime les enfants. Demander May ou Max. % (416) 534-1923, (416) 534-2388, feathersbb@hotmail.com. À partir de 75 $ la nuit par chambre. Sinon, pour éviter l'Auberge de jeunesse, il y a toujours un hôtel au nord de la ville qui a des tarifs de 32 $ par personne par nuit: http://www.alldayshouse.com/location.html; ou on peut aller vers les studios de certaines propriétés du centre-ville offertes par le site expedia.ca à partir de 99 $ la nuit.

Bonnes adresses

Pour une adresse à Buenos Aires afin d'écouter et de voir du tango en dehors des hordes touristiques émues par tant de pas chaloupés: La Casonade Fernando, avenue Garay 2301. % 4308-0006.

À suivre

L'Istrie est une des régions les plus fréquentées de Croatie. Des villes comme Rovinj, Porec ou Umag, ou encore les îles Brijuni, sont devenues des étapes incontournables lors d'un voyage en ce pays. Un petit village de 500 habitants, Kringa-Tinjan, dans les environs de Pazin, a donc décidé de marquer sa singularité en rendant hommage à l'un de ses ancêtres, le vampire Jure Grando. La légende veut que Jure Grando ait vécu pendant près de 16 ans à Kringa-Tinjan en terrorisant sa famille et les habitants du village.

L'association Albus a concocté un programme attrayant sur la thématique des mythes et vampires. Tout le village a décidé de s'associer à ce projet et on y prépare chaque soir des cocktails au nom de Vampire Heart, Jure Grando, ou encore une soupe typique d'Istrie à l'ail. SF Association Albus: www.istrakon.hr.

À lire, voir, écouter

- Le Guide Gault et Millau 2006 des restaurants et hôtels dits de charme en France, avec 5000 adresses notées par des critiques anonymes et qui donnent dans tous les prix (surtout assez chers). On trouve une section des chefs qui promettent, de ceux qui devraient réussir prochainement, des inventifs par région, et les restaurants sont classés par toques. On trouve une section (une page) avec quelques restos en Belgique, une carte des vignobles, les meilleures années viticoles et autres détails pour ajouter à une sauce plutôt fade. Les hôtels proposés sont des classiques raisonnés à des prix quelquefois irraisonnables.

Pour avoir vérifié certaines adresses que je connaissais, je n'étais pas toujours d'accord avec les atmosphères décrites. Quant au magret de canard ou au ragoût de courgettes, on sait déjà à quoi cela peut ressembler. Je préfère vous conseiller de vous procurer Mes bons coups de fourchette - Restaurants, bistrots, produits du terroir, édition 2003-04, de Jean-Luc PetitRenaud, où les endroits proposés sont de véritables découvertes de la France plus ou moins profonde.

- Chaque mardi de 20h à 21h30 sur CIBL, 101,5 FM, l'émission L'Entremuse animée par Yves Bernard est consacrée aux musiques du monde. On y retrouve une parenthèse de Bruno Deschênes qui propose une chronique ethnomusicologique. On retrouve ce dernier également dans les pages de Scena musicale à la rubrique «Musiques du monde». Et enfin comme joueur de shakuhachi (flûte de bambou japonaise dont le répertoire premier est celui des moines zen bouddhistes japonais) dans le trio Matsu Take, seul ensemble de musique de chambre nipponne à Montréal: http://www.musis.ca.



Envoyez vos questions et bonnes adresses à: lkiefer@ledevoir.com.

À voir en vidéo