Mondial des Cultures à Drummondville

Photo: Mondial des Cultures de Drummondville
Cela fait 33 ans que cela dure. En 1982, le festival de Drummondville s’appelait Festival Mondial des Cultures. On a retiré le mot festival. Reste le Mondial des Cultures.

On compte aujourd’hui près de 300 000 visiteurs par édition. Le budget annuel est de 2,8 millions de dollars et les retombées économiques sont estimées à 16,7 millions, selon une étude effectuée par CROP en 2007. Du fait de telles statistiques, le Mondial des Cultures est l'un des quatre plus grands festivals de folklore au monde.

Ce qui a changé depuis ces décennies, c’est l’introduction de groupes qui n’ont rien de folklorique.

Quoique… On parle par exemple de Gregory Charles qui peut être interprété comme un swing venu d’ailleurs… Mais si on songe à Star Académie, on est loin des plages et des déliés du sud ou d’ailleurs.

C’est pour rassembler plus large que le Mondial des Cultures a introduit ces prestations. Cette année par exemple, Édith Butler fait partie de la gang, mais elle reste, en un certain sens, folklorique.

Sur le site, on y trouve des artisans et aussi des bouffes qui n’ont rien à voir avec la poutine, même si Drummondville y revendique la création.

On peut reprocher au Mondial d’être quelque peu régional, mais tous les festivals de folklore dans le monde font encore pire. Quand on consulte les festivals de folklore des Balkans, il n’y a que des groupes des Balkans. De la bouffe à la musique, il n’y a quelques violons qui les séparent.

Le Mondial des Cultures, avec un défilé de nuit exceptionnel de quelques 300 groupes, est un party de costumes, comme Rio en plus petit.

Pour savoir ce qui se passe en Europe: l'Association européenne des festivals de folklore (site en anglais).  




 
1 commentaire
  • Jacques-André Lambert - Abonné 6 juin 2014 11 h 10

    Glissement de sens

    En 1982, le festival s'appelait Festival mondial du "folklore" et non des cultures. Il avait été mis sur pied par la troupe de danseurs folkloriques Mackinaw qui revenaient du festival de Dijon.

    Ultérieurement, certains organisateurs, issus d'un autre cercle, ont voulu en élargir les horizons (ou se donner les coudées franches). Ainsi, le terme "foklore" a été remplacé par "culture".