Paris - ​Aller au bistro et jouer au ping-pong

Cela se passe à Paris. Dans le quartier Oberkampf , là où le cuir, les meubles, les instruments de musique et les friperies ont pignon sur rue. Je vous emmène au Gossima, un nouveau bar parisien.

Chaque mois, il y a dans cette ville des centaines de bars qui ouvrent et qui ferment. La clientèle est volatile et les bars se ressemblent. On fait dans la serveuse sexy, le décor en néons, et la musique à fond.

Une fois qu’on a fait le tour de Rachel, bu ce qu’il fallait boire et découvrir le DJ local, il n’y a plus grand-chose à faire. La drague ? Dépassée. La soulerie ? En perdition… Mais le sport…

Gossima est situé dans un ancien garage et un salon de coiffure. On a éclairé les lieux et on a laissé libres quelque 600 mètres carrés sur deux étages. Pour y poser huit tables de ping-pong. Gossima est le premier bar à ping-pong parisien où on peut s’énerver après la petite balle et profiter de la scène musicale.

On a d’ailleurs gardé le monte-charge, qui sert de boîte à musique d’un étage à l’autre. Cela va de groupes invités à l’incontournable DJ qui ne connaît rien au ping-pong, mais dont les rebonds musicaux n’ont pas de secrets.

On peut louer une table ou une salle. Au sous-sol, il y a des tableaux de Fidel Castro torse nu qui devient pongiste, de Bob Marley et Marilyn Monroe. Le soir, un peu tard, les lumières s’éteignent et seuls les balles et les filets restent fluorescents.

On est un peu abasourdi par le clic-clac des balles et le clic-cloc de la batterie. Surprise… Il y a très peu d’Asiatiques qui envahissent le bar. Ils se réservent des gymnases où la musique n’a le droit à aucun set. 

Tous les jours de midi à 2 h du matin 4, rue Victor Gelez, Paris 75011
Métro: Ménilmontant Tarif avant 18 h : 8 euros pour une table pour 1 heure. Après 18 h : 6 euros pour une table pour ½ heures . Raquettes et balles fournies

À voir en vidéo