Agent de voyage ou Internet?

Photo: Source: Bombardier
Depuis quelques années, le métier d’agent de voyages a changé. Si on parlait autrefois de conseiller en voyages, il s'agissait surtout d'un «preneur de commandes». Puis, le Web est arrivé.

Tout au début du Web, les agents de voyages ont vu ce nouveau joueur des réservations comme un ennemi. À juste titre, car le Web diffusait des images et surtout des prix. On obtenait parfois jusqu’à moins 40 % des forfaits proposés en agences. Plus d’images et plus de prix. Le tour était presque joué.

C’est alors que l’agent de base s’est dit qu’il fallait faire du Web un allié, une complémentarité à son métier. Et, une à une, les agences se sont mises à s’informatiser en correspondance avec le Web. Ils n’étaient plus à la remorque des sites auxquels ils n’avaient pas accès quelques mois auparavant.

La tendance qui voulait que le Web retire des parts de marchés de plus en plus importantes a atteint certains sommets et s’est stabilisée. La tendance s’est petit à petit renversée et l’agence totalement informatisée a retrouvé ses lettres de noblesse.

Car entre l’agent informatisé et le Web, on peut dire que les deux identités sont à égalité. Prix, photos, vidéos.

À ce chapitre, on peut s’interroger sur la véracité des lieux. Toutes les photos de chambres sont prises avec des grands angles et donnent une image très «marchande» du lieu d’hébergement. Il n’y a que l’agent avisé qui peut se porter en porte-à-faux pour rétablir une certaine vérité.

Car derrière toute forme de Web, il faut une personne qui est sensible à la demande. Et ce n’est que l’agent de voyage qui peut porter le vrai conseil. L’humain est essentiel.

Quant aux avis de voyageurs sur différents sites, il y en a peu de québécois. Ce sont des approches d’Américains ou d’Européens. Et cela ne correspond pas à nos dérives exotiques.

Il faut aussi se dire que les réservations faites à l’étranger ne sont pas protégées par l’OPC (Office de protection des consommateurs). L’organisme est aussi efficace sur la distribution des permis.

Des examens sont aujourd’hui prévus pour l’obtention d’un permis. Permis qui regroupe dorénavant grossistes et détaillants, ces derniers pouvant eux-mêmes contrôler un groupe sans passer par le grossiste. Et ce dernier peut maintenant vendre en direct.

Une manière de contrôler les agents de voyages extérieurs. Ces derniers se demandaient autrefois s’ils voulaient faire une présentation Tupperware ou vendre du voyage. Ils se sont aperçus que vendre du voyage était une affaire sérieuse. Beaucoup d’entre eux ont désormais leur permis et se déplacent avec leur ordi.

Aujourd’hui, l’agent de voyage en formation permanente a repris sa place face au Web. Et le Web continue à définir la sienne.

C’est tout de même l’humain qui fait la différence.

Un virage bien senti par le regroupement d’agences Voyages en direct. Aussi bien en ce qui concerne les agences que les agents externes, la formation est son fer de lance.