Sex-box à Zurich

Dans l’ancien quartier industriel de Zurich, pour la première fois en Suisse, des abris à voiture accueillent des prostituées.

Elles seront une quarantaine pour profiter du nouveau lieu fabriqué pour elles. Une dizaine d’abris en bois, avec petits matelas de jaune convenu, avec des rideaux et des ouvertures de chaque côté.

Au milieu de ce site en bordure d’autoroute, il y a un pavillon central, qui offre aux féminités des douches, des salles de repos et un lieu pour communiquer avec des assistantes sociales.

L’entrée est balisée par un parapluie rouge, un symbole connu surtout en Europe de l’Est pour signaler les zones de prostitution. Derrière la grille, on découvre une route goudronnée limitée à 10 km/h formant une boucle dans un espace verdoyant et empli de guirlandes lumineuses.

Au bout de la boucle se trouvent les sex-box, neuf abris à voiture côte à côte – ainsi que deux plus petits pour les clients qui préfèrent passer à l’acte hors de leur voiture –, tous équipés d’une sonnette d’alarme. La construction est en bois, façon chalet.

Les autorités de la ville de Zurich ont présenté l’aire qui doit remplacer la zone du Sihlquai, au centre-ville, devenue insoutenable pour les riverains.

Comme la nouvelle zone est située sur un terrain privé, la ville peut décider des règles applicables, ce qui augmente la sécurité par rapport à la prostitution dans l’espace public. Ainsi, les clients ne pourront pénétrer dans la zone qu’en voiture et seul à bord.

Les automobilistes choisissent leur partenaire et négocient tarifs et prestations à l’entrée avant de se diriger vers les box. La ville avait déjà introduit par le passé des parcmètres destinés aux prostituées, tenues de glisser 4,50$ dans l’appareil pour vendre leurs charmes.

Une expérience qui a déjà fait des émules en Allemagne du côté de Cologne et Essen.

Source: Le Matin (Suisse)