Hôtesse de l'air: le fantasme perdure

D’après un sondage réalisé sur les Français, les Belges et les Suisses, l’hôtesse de l’air est toujours un fantasme pendant les vacances.

Le plus du plus c’est de prendre de la hauteur, s’élever dans les airs et atteindre le septième ciel avec une partie de jambes en l’air à la clé, mais en uniforme.

Juste après l’hôtesse de l’air arrivent la réceptionniste de l’hôtel (22 %) et la guide touristique (19 %).

«Toujours apprêtée, accédant aux demandes tout en s’assurant du bien-être et de la sécurité, l’hôtesse de l’air monte en flèche dans la grammaire érotique des hommes en cette période de vacances. L’uniforme est un puissant moteur de leur machine à fantasme, souvent actionnée par des stimuli visuels», explique Anne-Sophie Duthion, porte-parole de Gleeden, citée par le site Aufeminin.

Les hommes c’est bien, mais les femmes? Elles placent le maître nageur à 31% (l’uniforme est bien mince) suivi par le musicien à 26%. Hotel Calfornia a encore de beaux restes et le sommelier à 18%. Ce qui place Jean Aubry avec une certaine avance.

Alors où sont les responsables de la location d’auto, les preneurs de commandes des agences touristiques ou les gardiens de zoos?

C’est amusant, car je n’ai vraiment jamais été excité sur un vol d’Air Canada, émoustillé par la réceptionniste de l’hôtel Adlon à Berlin ou d’un guide touristique au Rwanda à la conquête des singes.

Et vous c’est quoi votre fantasme? Un clair de lune à Ouarzazate, une chanson gitane en Andalousie ou un changement de la relève de la garde à Londres?

Source: Air Journal

À voir en vidéo