Quand le Club Med intellectualise

Dans cette haute intention cérébrale qui demande «et le Bonheur, vous l’imaginez comment?» le Club Med répond ceci: «Cette approche sous forme de question ouverte répond à l’évolution de la société, de plus en plus participative, ce que symbolise l’avènement du digital et des réseaux sociaux. Cette signature interpelle, invite chacun à se projeter dans une vision très personnelle du bonheur et à en faire part. Cette liberté redonnée au client renoue avec l’ambition exprimée par Gérard Blitz à l’origine: "Nous sommes branchés sur quelque chose de mystérieux: la libération intérieure de l’homme". Le principe créatif consiste en 16 visuels qui donnent corps à la signature. Chacun est une métaphore dont la dimension onirique fait appel à l’imagination et renvoie au caractère unique de l’expérience que le Club Med permet de vivre.»

Et la surenchère:
«À chaque décennie, le Club Med a collé aux attentes de la société, réinventant sans cesse l’alchimie du bonheur. »
«Dans les années 70-80: le bonheur est simple comme un retour aux sources dans une période d’expansion économique qui donne lieu aux campagnes des «Verbes» et «Andidote for civilization».
Dans les années 80-90: le bonheur est un choix libre, assumé et revendiqué devant la montée de l’individualisme. C’est la campagne «Le bonheur, si je veux».
Dans les années 2000: le bonheur est un ressourcement, face à un monde en crise et en guerre. C’est la campagne «Être-re».
En 2005, le bonheur c’est de s’ouvrir aux autres, dans une société qui se replie sur elle-même. C’est la campagne des «Visages».
En 2008, le bonheur est multiple, dans un univers de plus en plus complexe. C’est la campagne des «Bonheurs».
Désormais, en 2013, dans un monde où le digital a tout bousculé sur son passage (conventions, habitudes, certitudes), le bonheur devient participatif. Chacun doit pouvoir en donner sa propre vision… son bonheur idéal.
 
Cependant, à travers le temps, l’esprit Club Med n’a cessé d’exister et de rayonner : c’est un art de vivre informel, chic et convivial qui allie liberté individuelle et plaisir de partager une même expérience dans des lieux d’exception.
 
Grâce à cet esprit, au Club Med les clients peuvent vivre des vacances haut de gamme en échappant à l’aspect froid et distant de l’hôtellerie classique et se permettre un break informel fait de lâcher-prise, de surprises et de rencontres, comme nulle part ailleurs.»


C’est super bien, mais sur une plage, une paillote et une chambre avec serviettes pliées au bon endroit, cela donne quoi?

Donc je vais faire dodo, je vais m’amuser sur ma blonde et sur mon iPad, mes enfants vont être super cool, mes lieux d’exception vont entre encore plus, et que ma liberté individuelle va être un lâcher-prise face au voisinage de masse?

J'ai l’impression que d’aller au Club Med devient maintenant un exercice de psycho en sable ou en neige.

Et la question est choisir son club est il de manière cérébrale, dorsale ou digitale?

À voir en vidéo