La mafia des puces de lit à New York

Photo: Agence Reuters

Une question de Denis Laberge, de La Pocatière
Je prends régulièrement connaissance de votre chronique dans Le Devoir et ma question est, somme toute, bien simple. Il nous arrive souvent de voyager en famille (4 personnes) et de prendre des chambres ou lits dans les auberges de jeunesse du groupe Hostel International (HI). Nous sommes généralement bien satisfaits de la qualité de leurs services et installations...

Cette année, nous allons passer quelques jours à New York et la famille qui nous accompagnera dit craindre d'aller dans une auberge de jeunesse à New York, car c'est une ville malheureusement reconnue pour ses punaises de lit... et tous les désagréments que ça comporte. À votre avis, y a-t-il effectivement lieu de craindre qu'une auberge du réseau HI ait plus de chance d'être ainsi infectée à New York, ou y a-t-il autant de chances que nous en rencontrions dans les hôtels, même de classe moyenne, de cette ville? Et une fois sur place, que faut-il vérifier dans nos chambres ou nos lits? Comment faire pour éviter ce problème autant que possible? D'avance, un sincère merci pour vos conseils toujours judicieux, si je me fie sur ma lecture de vos chroniques précédentes. Salutations!

Ce qu'il y a de généreux chez la punaise de lit, c'est qu'elle ne fait pas de différence entre le lit bourgeois et la couche prolétaire. Elle se reproduit et elle attaque l'endormi(e), lui suce le sang et continue ses parcours nocturnes. Au microscope, elle a fière allure. Tête sympathique, mandibules généreuses, pattes discrètes. Si elle ne fréquentait pas nos futons, elle pourrait même devenir une mascotte.

Malheureusement, elle est si organisée qu'on la compare à une vraie mafia, sans qu'elle n'aie aucune accointance avec le spaghetti, la tomate ou le chianti! Pour des gros plans de la punaise, bedbugger est un excellent site. Le meilleur transport de la femelle qui pond 500 oeufs le temps de le dire, ce sont les lacets... Et elle vit environ 10 mois. Son nom de jeune fille est Cimex Lectalarius, ce qui fait un peu snob, tout de même.

À New York, comme à Montréal, le mal est fait. Il est certain que si vous téléphonez dans un hôtel à Manhattan, Brooklyn ou Harlem et que vous posez la question: «Do you have any bedbugs in your place?», la réponse ne sera pas «On en a, mais on se soigne»... C'est plus souvent le déni... On a vu des amitiés à New York qui se défaisaient à cause de la puce de lit! La rumeur court qu'une personne sur 10 a des punaises chez elle à New York.

En arrivant dans un hôtel, posez votre valise sur le sol de la salle de bain et observez pendant une dizaine de minutes. La punaise a un odorat sans faille.... Elle aime l'odeur de l'humain. Si vous apercevez des cohortes de créatures brunes claires, vous êtes dans le royaume de la punaise. Évitez de poser vos vêtements sur des chaises ou des fauteuils recouverts de coton.

J'ai une recette vieille du XVIIe siècle contre les punaises. Faites bouillir de l'absinthe et de l'hellébore blanc dans une bonne quantité d'urine jusqu'à ce que la moitié soit évaporée et badigeonnez le reste sur les montants du lit...

Pour savoir si votre lieu d'hébergement à New York est le bunker de la punaise de lit, consultez le BedBug Registry qui répertorie tous les cas de punaises de lit aux États-Unis et au Canada.

À New York, de nouveaux boulots se sont créés: chasseur de punaises dans le commercial ou le résidentiel et maître chien renifleur de punaises.

On vit une époque formidable!
 
1 commentaire
  • elisabeth brin - Inscrit 6 mai 2011 04 h 44

    la fiole du voyageur

    Voyager et dormir dans n'importe quel hébergement: du gite le plus rustique à l'hôtel 4 étoiles ou à la chambre d'hôtes superbe nécessite aujourd'hui quelques précautions par rapport à cette problématiques des punaises, si l'on ne veut pas rapporter ces indésirables voyageuses chez soi !
    C'est parce qu'il a été lui même dans son gite confronté au problème que Jean Brin a décidé de sensibiliser dans un premier temps les marcheurs sur le chemin de compostelle ( en particulier la voie du Puy en velay : la plus fréquentée en france ) En 2010 il a avec sa soeur lancé une grande campagne d'information "je ne marche pas avec la punaise" car c'est le plus souvent à leur insu que les voyageurs transporte cette bestiole qu'ils ne connaissent pas. De plus en france encore un énorme tabou entoure ce sujet et c'est en en sortant qu'on pourra faire reculer cette invasion ... un site internet www.clako-punaises.com est dédié à leur initiative.