Pavillon Basilières: sonate d'automne

C'est la dernière fin de semaine où les feuilles d'automne virevoltent à la pelle. La famille Kiefer a choisi d'élire domicile à 40 km de Rawdon, juste avant Saint-Zénon, dans Lanaudière. 

Cela s'appelle le Pavillon Basilières. Le temps de marcher dans les feuilles, de s'emparer de la chaloupe et d'aller taquiner la truite. Et de chercher des personnages sur la falaise....

Le Pavillon va fermer pour quelques mois la semaine prochaine, pour réapparaître dans les premières lueurs de février. Le Pavillon Basilières est un ensemble de 12 chalets répartis sur 9 lacs ensemencés, sur un territoire de 20 km carrés. Des sentiers de randonnée pédestre, des chemins pour faire du vélo de montagne...

On a choisi le camp Belvedère pour plusieurs raisons. La première: sa situation devant les falaises au physique impressionnant, et les pieds dans l'eau. La seconde: la personnalité de ce chalet en bois rond, vieux d'une soixantaine d'années. Il retrace dans notre quotidien, fait d'électricité et d'automatismes en tous genres, les époques où on se chauffait au bois, où on allumait des bougies, des lampes à huile ou des becs à gaz... L'eau venait du lac ou d'un puits et arrivait par une pompe à bras installée sur le lavabo de la cuisine.

Aujourd'hui, le Belvedère a sa pompe à bras, ses lampes à gaz, son poêle à bois. Le gaz est aussi là pour la cuisinière (quel plaisir de cuisiner!), un frigo et une fournaise thermostatée qui répond aux possibles errances du chauffage à bois. Mais pour avoir essayé pendant 3 jours le poêle à bois, trois bûches (bois fourni quotidiennement) sont assez pour au moins 6 heures de haute intensité calorifique.
Deux lits doubles superposés et une toilette toute simple.

La particularité de ce chalet, c'est aussi la table en bois solide et les murs de bois rond. Parce qu'ils sont tous gravés. Une sorte de livre d'or des passagers du Belvedère.
Ce sont des prénoms avec date, tout simplement. On est loin des Ricky loves Sylvie peints grossièrement sur nos granits routiers.
Il y a même un jeune garçon qui a inscrit: On a pêché 39 poissons à 4 pêcheurs. Beaucoup de masculins engravés. C'est vrai aussi que la pêche, jusqu'à tout récemment, était une affaire de masculinité de groupe.

Et puis la falaise, dressée juste devant... Il y a un jeu d'observation: repérer les formes dans la pierre, le moitié chien, moitié ours ou moitié babouin. Les profils: un Indien, un Pinocchio, un méchant, un gentil. La mascotte de Juste pour Rire... Chaque jour apporte son lot de découvertes. Y a rien à gagner. Juste le droit d'être pour un jour le ou la meilleure observatrice de la famille ou des amis...

On ira sur le lac Bernard pour des tours en chaloupe au pied de la falaise et pour traquer la truite. Vu le manque de temps.... Je n,ai rien pêché. Mais j'ai cassé... Étais-je mont trop fin, mon ver était-il assassin, était-ce une roche, était-une truite? Des couples dans un chalet voisin, sur le même lac, ont atteint leur quotas chaque jour..... Cela fait 60 truites.... Comme régime à l'Oméga, on ne fait pas mieux...

Pour nous, cela a été le Belvedère.
image

Mais d'autres chalets ont tous une vue très proche sur lac. Les Bellevue et Trappeur, par exemple, sur le Lac Long, sont de très beaux exemples. Ils sont équipés d'eau chaude et possèdent toilettes et douches. En léger surplomb sur le lac Long. Assez pour ramer ou utiliser un moteur électrique, pendant de long moments
Certains, comme le Solitaire sont seuls sur leur lac.

Et il y a des chemins... non balisés... mais défrichés... Avec des panneaux surprenants.

Dans tous les cas, il faut se promener, profiter du temps qui passe....
Le Pavillon Basilières le permet. Derrière le nom, une famille d'origine suisse, qui a misé sur la convivialité et un nombre restreint de visiteurs. Chasse et pêche confondus. Chaque jour, une visite matinale... Une batterie, du bois , sac poubelles.... Et deux-trois trucs pour s'approcher du Nirvana piscicole.

Et les nuits sont divines après une journée de plein air... Et le sommeil bien mérité. Avec Douchka... Car ici, les pitous sont acceptés... avec supplément

 À chaque fois que j'ai entrevu une feuille tomber de haut, je me suis demandé: Dit-elle bye-bye à la vie ou bonjour à la terre? Une vraie sonate d'automne... en feuille majeure.

Nous y retournerons... pour la pêche blanche.

Pour tous renseignements: Pavillon Basilières








À voir en vidéo