Sur les traces des ancêtres italiens

image




















Une question de Diane Chayer-St Louis, à Montréal
Je projette d'aller faire des recherches généalogiques dans le Campobasso et dans le Molise à l'automne. Pour m'y rendre, je prendrai le train de Rome. Je commencerai par Capobasso, après quoi j'aimerais me rendre dans le minuscule village de ma grand-mère à Provvidenti. Ensuite, si le temps me le permet, je veux aller à Chieti pour des recherches sur mon grand-père, et puis dans son village à San Vito Chietino. Je ne suis pas certaine de vouloir louer une voiture rendue à Campobasso car à chacune de mes visites en Italie, le courage me manque lorsque je vois comment conduisent les compatriotes intrépides de mes ancêtres. Par contre, si je constatais que, dans cette région, les automobilistes sont plus calmes, je me risquerais à louer pour quelques jours. Est-ce une bonne idée que celle-là? Mon rêve (fou) serait de me déplacer en Vespa (moi qui n'ai jamais conduit ces engins). Cependant, par précaution, je voudrais connaître la possibilité de faire tous mes déplacements soit en train, soit en autobus. Les recherches Internet sur les transports en communs dans ce coin ne sont guère concluantes. Si vous pouviez m'aider, je vous serais très reconnaissante. Si cette région non touristique vous est familière, je suis tout ouïe pour des suggestions de visites.
Une fidèle lectrice qui vous remercie d'avance.



J'aimerais vous dire que les conducteurs transalpins de ces régions sont des anges de la route et que tous les trains se rendent à San Vito Chietino, sauf que...


Les conducteurs italiens n'ont pas les mêmes sensibilités au niveau de la priorité et des limites de vitesse en ruralités élevées. Mais ce ne sont pas non plus des diables du bitume ou des assassins des platanes. Ils et elles roulent comme sur des tracteurs de course et la priorité est pour tout le monde, à droite à gauche, devant, derrière.

Et l'Autista a depuis quelques années ralenti la cadence. Berlusconi? Une frère dans un ravin? La plus belle fille de Campobasso fauchée? On le ne le sait pas...

N'oublions pas que nous sommes ici en montagne ou en colline de belle teneur. Vous pouvez louer une voiture sans problème, sans avoir à penser au fou à chaque tournant.

En ce qui concerne la Vespa, il n'y a pas de location de ce véhicule mythique dans la région que vous allez visiter... sauf à Termoli, en bord de mer.


Pour les trains, il y a des départs quotidiens de Rome Horaires, itinéraires et tarifs trains italiens

Pour les autocars, il y a des départs quotidiens de Rome et de Frosinone pour Campobasso. Tarifs, itinéraires pour autocars autour de Campobasso et Molise

Dans le Molise, j'ai toujours été fasciné par les «tratturi», les anciens chemins de la transhumance qui unissent les pâturages de la Puglia avec ceux de l’Abruzzo qu'on retrouve dans le Parc national d'Abruzzo, Lazio et Molise.

image

La survie des coutumes et des traditions, de l'artisanat et des métiers anciens qui ont disparu ailleurs. C’est une caractéristique unique qui fait du Molise un «petit vieux monde». Depuis des siècles, des minorités croates et albanaises ont élu ici domicile. Cela se sent au niveau des cuisines locales.

Pour aller du côté du bord de la mer, poussez jusqu'à Termoli. Un ferry assure la liaison maritime avec les îles Trimiti.

image
















1 commentaire
  • Diane Chayer-Saint-Louis - Inscrit 16 octobre 2011 17 h 12

    Sur les traces des ancêtres italiens.

    Cher Monsieur,
    C'est une amie qui m'a donné le lien de votre blog avec ma demande de l'an dernier que je n'avais pas vue. Veuillez accepter mes remerciements tardifs.

    Sachez que je suis allée en mars à Naples et de là jusqu'à Campobasso en train pour faire un tour aux archives. J'ai vu comment sont conservés les documents anciens dans ce coin de pays et j'avoue avoir vécu un sérieux choc culturel: des chemises parfois déchirées, débordantes de documents mal empilés, le tout attaché avec de vieilles ficelles, manipulation sans gants etc. etc. Si les méthodes de conservation laissent à désirer (les coupes budgétaires de Berlusconi, encore lui y sont pour quelque chose), le personnel par contre est extrêmement prévenant et gentil pour la "signora canadese". De là, je me suis payée la "traite" et suis allée en taxi (à une heure du chef lieu, 100 euros pour l'aller retour). La prochaine fois, je louerai une voiture pour me promener dans ce coin de pays fort calme en mars. Et je pousserai une pointe jusqu'à Termoli.

    Je suis une voyageuse solo d'un âge très certain et j'organise tout avec internet. Mon entourage a sourcillé lorsque j'ai annoncé mon départ pour trois semaines dans le pays de la Camora. J'ai trouvé un joli appartment dans le quartier autrefois périlleux de Spagnolo. J'ai adoré mon séjour et étais très heureuse de ma décision car Naples est agressante à cause du bruit, de la saleté incroyable qui fait honte aux Napolitains et les foules même tôt au printemps. Elle demande donc un certain temps pour l'apprivoiser. Ma seule crainte était de ne pas me faire comprendre car je parle un italien scolaire. Mais vu que les Napolitains sont chaleureux et charitables avec les touristes qui tentent de parler italien, je n'ai eu aucun problème. Viva Napoli.
    Une lectrice qui consultera dorénavant votre blogue.