Un lapsus prémonitoire

Pierre Karl Péladeau
Photo: Youtube Pierre Karl Péladeau
Personne n’avait vu venir la démission de Pierre Karl Péladeau, le 2 mai. Pourtant, elle avait été évoquée clairement à l’Assemblée nationale moins d’une semaine avant qu’elle ne se produise, grâce à un lapsus — rétrospectivement spectaculaire, voire un scoop inconscient — de mon quasi-homonyme Alexandre Robillard, reporter à La Presse canadienne. M. Péladeau, tout sourire, avait répondu qu’il n’était « pas encore parti » et ajouté : « C’est un lapsus intéressant, ça, là, là. »

Voici la transcription de cet épisode du 26 avril 2016 :

« M. Robillard [Alexandre] : O.K. Vous avez évoqué à plusieurs reprises l’automne dernier des tensions à la suite de votre arrivée, des changements que vous aviez effectués au sein du caucus. Est-ce qu’avec le départ de M. Péladeau il y aura moins de tensions au sein du caucus ?

M. Péladeau : Le départ de M. Péladeau ? Je ne suis pas parti encore, là, M. Robillard. Souhaitez-vous que je parte ? C’est un lapsus intéressant, ça, là, là.

M. Robillard [Alexandre] : Je vous laisse analyser, je ne sais pas quoi en penser moi-même. Mais je voulais simplement vous dire… Donc, est-ce qu’on doit penser qu’avec le départ de M. Duchesne ces tensions vont diminuer ? »
 

2 commentaires
  • Daniel Gagnon - Abonné 5 mai 2016 12 h 21

    Un petit lapsus en rictus...

    Un lapsus en rictus, avant que tous ne s'aperçussent du hiatus, du manque de consensus...

    Seulement un petit rictus, avant le collapsus...

  • Michèle Lévesque - Abonnée 5 mai 2016 15 h 59

    D'un inconscient l'autre

    Vraiment bon.
    PKP ne donnait vraiment pas l'impression de vouloir partir !
    Mais (l'inconscient) (de) M. Robillard donne l'impression qu'il le devrait :)
    Mais l'autre sens joue aussi et j'entends les conversations : « Ah il savait qu'il voulait partir, il le cachait, mais ça sort clairement dans le pas ENCORE parti" Quel acteur quand même !!! »
    Comme dit M. Alexandre Robillard : "Je vous laisse analyser, je ne sais pas quoi en penser moi-même." Et nous donc !