Guy Leclair, Patrice Lemieux du parlement?

Guy Leclair
Photo: source: Parti québécois Guy Leclair
Guy Leclair, détenteur d'une catégorie dans ce blogue, fait parfois penser au personnage de Patrice Lemieux, ce faux joueur de hockey. M. Leclair, lui, est un vrai élu. Il s'est distingué lundi lors du passage de l'ex-tzar de Tourisme Montréal, Charles Lapointe, en Commission de l'Économie et du commerce ainsi que de l'ancien président du conseil d'administration, Jacques Parisien. Quelques exemples:

«On sait que, dans certains cas, ce n'est pas évident d'être comme ça, de venir en commission parlementaire et devoir dévoiler tous les questionnements, que vous ne savez pas ce qui va vous arriver. Mais je vous remercie d'être là puis d'avoir l'honnêteté de répondre en toute impartialité
«On va se prendre en réticence de comptes»
«Après avoir vu votre ex-collègue, juste avant vous, défiler sur notre sérénade de questions, je suis fier de voir que vous n'êtes pas vraiment accompagné, que vous vous sentez d'attaque.»
«M. Parisien nous disait tantôt, lorsqu'on parlait d'une certaine enveloppe x qu'on attribue pour aller au restaurant […] à M. Lapointe, en autant qu'il reste dans cette enveloppe-là, on ne pose pas trop de questions […]. Je suis très douteux à propos d'une mentalité comme ça, mais c'était comme ça que ça fonctionnait

Le mot de la fin? On le trouve dans un échange entre le témoin et le député.
«—M. Parisien [Jacques]: Non. C'est un petit peu caricatural, votre approche, là.

—M. Leclair: Exact.»
9 commentaires
  • Pierre-R. Desrosiers - Inscrit 12 février 2014 06 h 45

    Il a raison

    «Je suis très douteux«, a dit monsieur Leclair.

    Il a bien raison.

    Desrosiers
    Val David

  • Serges Tanguay - Inscrit 12 février 2014 09 h 37

    Ouf!

    Monsieur Leclair devrait faire une demande de changement de nom.

  • Denise Lauzon - Inscrite 13 février 2014 02 h 23

    Comment s'y retrouver?

    M. Guy Leclair a une réelle difficulté à s'exprimer. Ses propos embrouillent plus qu'ils n'éclairent. J'ai l'impression que ces individu ne lit pas beaucoup.

  • Jean-Serge Baribeau - Abonné 13 février 2014 10 h 42

    Avancez en arrière, syou plaît...

    Bérurier, le coloré personnage des romans de San Antonio (Frédéric Dard) a laissé un merveilleux héritage de charabias et de jeux de mots, parfois "géniaux" (je dis bien parfois»).

    Je pense que le "baragouin" est en train de devenir un art: le nul-art ou le vide-art.

    Jean-Serge Baribeau, sociologue des médias

  • Patrice Dionne - Abonné 13 février 2014 22 h 33

    Tire-toi connard!

    Tout à fait! Quel con!