Les fines nuances de Charles Taylor

Photo: Jacques Nadeau -Le Devoir

Reconnu pour être un intellectuel nuancé, le philosophe Charles Taylor a récemment montré son côté polémiste en lançant une frappe préventive: toute Charte de la laïcité québécoise qui sera proposée par le gouvernement Marois s'apparentera aux lois de Vladimir Poutine contre l'homosexualité.

«C'est exactement la même chose», a-t-il expliqué à des médias.

Mais il faut savoir que celui qui a été conseiller du Pape ne se méfie pas uniquement du gouvernement actuel. Il méprise la totalité des élus qui siègent à l'Assemblée nationale ! C'est du moins ce qu'il faut comprendre de ses propos fort nuancés… lors d'une interview à l'émission Second regard, en 2010.

«La question est de savoir qui va rédiger cette charte. Si c'est rédigé par l'Assemblée nationale actuelle, je n'en veux pas. Ce sont des gens qui ont des idées tellement bornées…dans la plupart des cas. Ça me fait pleurer comme Québécois d'entendre ce qu'eux entendent par laïcité

Des gens ont élu ces députés qui composent l'Assemblée nationale, les millions d'électeurs québécois. Autrement dit, M. Taylor remet en question le jugement de tous ceux-là?
22 commentaires
  • Sylvain Coulombe - Inscrit 29 août 2013 23 h 10

    Nuances, disiez-vous?

    Boen que j'abonde quelque peu dans le même sens que vous quant aux propos cités ci-haut, je reste surpris de la dernière phrase de votre commentaire, qui constitue un raccourci intellectuel d'un genre qu'on retrouve malheureusement trop chez les commentateurs politiques.

    On ne peut mettre en rapport l'opinion qu'on a des politiciens sur certaines questions précises (dans ce cas-ci la laïcité) et le fait qu'on ait voté pour eux parce que:
    1- l'élection ne portait pas sur ce sujet,
    2- même si ça avait été en partie le cas, cette élection ne portait pas QUE sur un seul sujet (on vote donc pour le parti dont le programme correspond le plus à ce qu'on souhaite, même si certaines parties ne font pas notre affaire),
    3- les politiciens peuvent causer des surprises par leurs actes et leurs paroles (cas extrêmes, Montréal et Laval),
    4- on ne peut voter que pour ceux qui se présentent (s'ils ne sont pas à la hauteur, on vote pour le moins pire ou simplement pour le parti qu'ils représentent).

    Alors nuances, dites-vous? J'ai le goût de reprendre les paroles de Pierre Bruneau (qu'il a pu et dû regretter plus tard, par ailleurs!!): Rigueur, rigueur...

    • Jacques Gagnon - Abonné 30 août 2013 14 h 55

      «Ce sont des gens qui ont des idées tellement bornées…dans la plupart des cas.» Ça, ce n'est pas un raccourci. Les membres de l'Assemblée Nationale nous représentent ne vous en déplaise. C'est sur l'Institution qu'il crache, c'est pire, il généralise

    • Alexis Lamy-Théberge - Abonné 30 août 2013 16 h 02

      Bien d'accord avec vous, et je rajouterai, au compte des raccourcis, que M. Taylor a bien dit que «Ce sont des gens qui ont des idées tellement bornées…dans la plupart des cas», ce que M. Robitaille traduit par le mépris de M. Taylor pour «la totalité des élus qui siègent à l'Assemblée nationale ».

      On peut mépriser les élus si on est de la tribu. Un Anglo doit rester sagement dans son coin.

    • Jacques Gagnon - Abonné 30 août 2013 22 h 14

      Vous ne savez donc pas lire monsieur Théberge, le philosophe dit lui-même de façon tout à fait généralisante que «ces gens», parlant «des» députés. Cela veut dire qu'il méprise l'Assemblée nationale, traitant même les députés, en bloc, de bornés.

      Les mots disent ce qu'ils disent et les Québécois méprisent les imbéciles et les bornés mais ils respectent leur institution, le philosophe lui non Qu'il soit anglo ou autre, ses propos sont inconsidérés et visait à alimenter les anglos. Il eut été franco et ce ne serait pas plus intelligent. Vous voilà tombé dans le panneau, les anglos non seulement critiquent-ils ouvertement le gouvernement québécois, mais ils l'abreuvent des pires insultes sans aucune retenue.

  • Laurier Boivin - Inscrit 30 août 2013 00 h 14

    J'ai une drôle d'impression. Son "ami" Gérard Bouchard nous réserve une petite surprise............un peu après le 9 septembre. Je me base sur son entrevue à l'émission "tout le monde en parle" le printemps dernier, alors qu'il avait retourné Denis Coderre comme une crêpe. Cependant, sa petite apparition à la tété ce soir, sa retenue et surtout son non-verbal, semblant dire : "tu ne perds rien pour attendre mon Taylor".

    L.Boivin, Longueui

  • Jihad Nasr - Inscrit 30 août 2013 00 h 30

    Les moins fines nuances de M. Robitaille

    En répliquant au professeur Taylor, la plupart des gens n'ont pas aimé l'analogie qu'il a faite parce qu'il s'agissait du président Poutine, alors qu'il parlait de la loi amenée par ce dernier.

    Par ailleurs, c'est étirer un peu la sauce en se demandent si "M. Taylor remet en question le jugement" des électeurs québécois. Or, il est sûr et certain que l'écrasante majorité de ces électeurs n'ont jamais sondé leurs députés au sujet de la laïcité avant de les élire à l'Assemblée nationale. Ni probablement sur d'autres questions philosophiques! Je suis d'accord avec M. Taylor sur un point: en regardant parfois les débats de l'Assemblée nationale et les travaux des commissions, on s'étonne non seulement des "idées bornées" de certains députés (hommes et femmes), mais aussi de leur frivolité.

  • Marie-Maude Lalande - Inscrite 30 août 2013 01 h 14

    Intelligence?

    Un paresseux de l'esprit. Pourquoi hésite-t-on à le voir ainsi, parce qu'il a une étiquette qui brille? Je l'écoute parfois et ce, depuis 2007, et non, je ne comprends pas l'intelligence qu'on lui accorde. Je ne la vois pas, tout comme la lumière, que lui prétend voir.

    Et à vrai dire, je trouve que c'est tellement dépassé finalement ce genre de donneur d'opinions. On veut aller de l'avant comme société, et ceux, comme Taylor, qui se prétendent une force vive intellectuelle, qui souvent se plaignent que le Québec est sclérosé, sont aussi les premiers à dire qu'il ne faut rien faire et qu'il est préférable de laisser notre vie entre les mains de 9 personnes en toges, qu'ils en savent plus que nous, qu'ils doivent nous protéger de nous-mêmes.

    Amen.

    • Claire Simard - Inscrite 30 août 2013 17 h 19

      Je suis bien d'accord avec vous, madame. Ce n'est pas parce que quelqu'un a un diplôme universitaire qu'il est plus intelligent qu'un autre qui n'en a pas obtenu un, faute d'avoir entrepris des études de ce niveau. L'intelligence ne se mesure pas aux diplômes obtenus! On accorde une trop grande importance aux opinions de M. Taylor.

  • André Chevalier - Abonné 30 août 2013 04 h 54

    Un homme frustré

    Monsieur Taylor n'a sans doute pas encore digéré de n'avoir servi que de déversoir de l'agitation populaire autour des accomodements religieux. Jean Charest s'est servi de cette commission Bouchard-Taylor pour se décharger du problème et s'est empressé de tabletter leur rapport.

    Sa réaction est compréhensible mais il devrait prendre la chose avec philosophie.