La réplique culottée de la semaine

La ministre de l'Éducation, Marie Malavoy
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir La ministre de l'Éducation, Marie Malavoy

C'est à la fois la réplique de la semaine doublée d'un mot d'esprit et de la déconstruction instantanée d'un cliché maudit.

Mercredi, en chambre, Nathalie Roy, de la Coalition avenir Québec, questionnait la ministre de l'Éducation Marie Malavoy: «La ministre ne devrait pas permettre aux commissions scolaires de taxer davantage les contribuables. Il est encore possible d'éviter aux Québécois une hausse de taxe scolaire. Alors, quand la ministre va-t-elle mettre ses culottes et cesser de sous-traiter aux commissions scolaires des augmentations de taxes?»

Réponse de Mme Malavoy : «M. le Président, je ne suis pas obligée de mettre mes  culottes, je suis capable de prendre des décisions avec une robe

Joli, non?
11 commentaires
  • Alain Lavallée - Inscrit 12 avril 2013 16 h 21

    Parlant vêtement

    Pour demeurer dans la garde-robe, j'ajouterais que c'est une réplique "juppée",

    pour faire aussi référence à un politicien français qui avait l'esprit présent.

    • Pierre-R. Desrosiers - Inscrit 13 avril 2013 07 h 35

      En politique, il faut savoir, en effet, enrober ses réponses.

      Desrosiers
      Val David

  • arnold lamberty - Inscrit 12 avril 2013 20 h 32

    Le ''culot'' de taxer davantage.

    Faut-il se surprendre que le contribuable va en prendre encore pour son rhume dans la saga de l'inefficacité extrème des commisions scolaires et son pouvoir extrème de taxation directe.
    Des emplois à vie pour des milliers de fonctionnaires dont les titres de fonction sont aussi flous que leurs définitions de tâche.Le scandale n'est toujours pas sorti mais cela ne devrait pas tarder et il est fort à parier que le clan Marois ne sera pas en mesure de tout au moins reviser en étude de fond la raison de maintenir cette structure immuable et parasitaire des vraies activités scolaires en grand mal de financement adéquat.

    • Sylvain Auclair - Abonné 15 avril 2013 10 h 19

      Des milliers de fonctionnaires aux définitions de tâches floues? De qui parlez-vous? Des professeurs? Des directeurs d'école? Des psychologues scolaires? Des orthopédagogues? Des techniciens en éducation spécialisée? Des conseillers pédagogiques? Des concierges? Des directeurs des ressources humaines?
      Ce sont tous des employés des commissions scolaires.

  • Claude Daigneault - Inscrit 13 avril 2013 09 h 37

    Enfin !!

    Ah ! si seulement Mme Malavoy marquait le début d'un temps nouveau, celui de la venue de l'humour à l'Assemblée nationale... Fini la langue de bois ou les envolées oratoires faussement pathétiques, les engueulades de tavernes ou les railleries sexistes.

    Bravo Mme Malavoy !

  • Jeanne M. Rodrigue - Abonnée 13 avril 2013 10 h 35

    Excellent Mme Malavoy vous ne manquez certes pas de riposte!

  • Huguette Daigle - Inscrite 13 avril 2013 10 h 43

    Robe,culotte,

    La réplique est tellement bonne.
    Je l'ai entendu et je l'ai bien rit