Le règlement Maltais, au niveau de langue de bois

Photo: Pedro Ruiz -Le Devoir

Dans le projet de règlement de la ministre Agnès Maltais sur l'aide sociale on peut lire cette délectable phrase :

«Enfin, il vise à bonifier les prestations spéciales versées pour subvenir au coût d’accessoires reliés au système d’élimination pour les prestataires d’aide financière qui ont une problématique de santé significative à ce niveau

À quel niveau comprenez-vous cette phrase alambiquée?

Par ailleurs, au sujet d'Agnès Maltais, les partis d'opposition se délectent d'un passage de son discours de 2004 où elle semble contredire complètement son propre règlement de 2013.


10 commentaires
  • Rodrigue Guimont - Inscrit 13 mars 2013 13 h 30

    Je n’y comprends rien en effet


    Agnès Maltais nuit plus qu’il ne faut au PQ. Ce n’est pas en faisant sienne des politiques sociales à la Jeff Fillion qu’elle s’assurera d’être réélu aux prochaines élections.

    Mme Maltais a assez fait de dommages comme cela (on se rappellera la crise de l’amphithéâtre de Québec. Il est temps que le conseil des ministres s’en mêle.

  • Jacques Tremblay - Abonné 13 mars 2013 16 h 35

    Au deuxième niveau

    Je suis surtout intrigué par les «accessoires reliés au système d'élimination». Il y a là un niveau de problématique qui m'échappe complètement. Peut-être qu'un vieux vidéo pourra m'éclaircir la lanterne si m'exprimer ainsi puis-je me.

  • Pierre Lefebvre - Inscrit 14 mars 2013 04 h 42

    Problématique

    C'est mon frère qui a dit : «Si quelqu'un se sert du mot «problématique» c'est parce qu'il ment !» Juste de même.

  • Francois Parent - Inscrit 14 mars 2013 08 h 11

    Les convictions sont forte dans l'opposition

    Tous les partis politiques ont de fortes convictions dans l'opposition et les perdent lorsqu' ils occupent le pouvoir. la raison pour laquelle il faut s'en méfier.

  • Marie-M Vallée - Inscrite 14 mars 2013 09 h 02

    À TLMEP

    Il fallait l'entendre à TLMEP dimanche dernier. J'ai eu honte du niveau de langage de la Ministre Maltais.

    S'agit-il d'une difficulté passagère ? Il est vrai que de tenir un discours néo-libéral est différent du discours socio-démocrate. La structure mentale n'est pas la même : parler des pauvres n'est pas la même chose que de parler des riches. Ce qui expliquerait peut-être sa difficulté à se faire comprendre.

    Et c'est Moody's qui doit rire.