L'ADQ et sa relation avec les autruches

Il n'y a rien comme un bon perronisme pour se remettre d'une défaite électorale douloureuse. Ce matin, Gérard Deltell, réagissant au catastrophique 2,29 % que l'Action démocratique du Québec a recueilli dans Bonaventure, a lâché : «Vous me connaissez. Vous savez que je ne suis pas le genre de gars à me mettre la tête dans l'autruche».

L'éclat de rire a été généralisé. M. Deltell a lui-même dit que Mots et Maux™ méritait de relever cette bourde. Et si M. Deltell était toujours à TQS, et si TQS existait toujours, il l'aurait incluse dans son segment «Politiquement incorrect».
26 commentaires
  • Gilles Bousquet - Inscrit 6 décembre 2011 15 h 45

    Même en course

    Nous pouvons percevoir dans son regard que l'autruche n’est pas du tout d’accord avec l’idée de M. Deltell.

  • Bill Fuzzy - Inscrit 6 décembre 2011 16 h 31

    Bah!

    C'est plate à dire, mais Bonaventure ne vit que parce qu'il y a de l'aide gouvernementale... un terreau fertile au PQ et PLQ... Si j'étais l'ADQ je prendrais ce résultat avec un grain de sel.. c'est loin d'être Une banlieue de Québec ou de Montréal...

  • Frederic Benoit - Inscrit 6 décembre 2011 19 h 31

    Un animal à l'image du parti de l'ADQ.

    L'autruche (autre cruche) est un animal symbolique pour les ultra-libéralistes du Québec.

    Mémo à moi-même...écrire un essai ayant le titre:

    De l'Éléphant (Républicain-Américain) à l'Autruche (Conservatrice-Canadienne)

  • Rodrigue Tremblay - Inscrit 6 décembre 2011 20 h 07

    Télé

    Je t'ai vu à la tété éclater de rire en attendant l'énorme péronisme, le plus gros du mois. Et peut-être de l'année!
    Avec ca Gérard vient au moins de se mériter une place au Bye Bye

  • Claude Daigneault - Inscrit 6 décembre 2011 21 h 53

    Politique et bafouillage

    M. Deltell m'a rappelé l'une des bourdes les plus remarquées de notre défunt Robert Bourassa durant la crise d'octobre. En conférence de presse retransmise à la télé de Radio-Canada, il avait voulu jouer les gros bras en faisant une déclaration enflammée contre le FLQ. Et en martelant ses paroles, il avait haussé le ton pour s'exclamer : "C'est nair, c'est clett" au lieu de dire : "C'est clair et net". La politique fait d'étranges compagnons de couchette.