Encore la marquise

image EN DIRECT DU SALON BLEU: Pauline Marois est tombée dans un piège connu ce matin (voir notre entrée du 15 septembre): elle a prononcé l'expression «tout va bien Madame la marquise» en condamnant les propos de la ministre Kathleen Weil selon qui, malgré l'avortement du procès Norbourg, «la justice roule bien au Québec». Les libéraux ont éclaté de rire en laissant entendre que la marquise, c'était la chef de l'opposition. Pour être sûr que l'on ait compris, Jean Charest a parlé de la «députée de Charlevoix» et non de la chef de l'opposition officielle pour bien désigner l'endroit où Madame Marois a une résidence secondaire et bientôt deux. Les péquistes ont lancé hors micro: «Eille, le citoyen de Westmount!» //// Mme Marois a demandé l'intervention du premier ministre pour inciter la ministre Weil à «prendre ses responsabilités» dans l'affaire Norbourg. M. Charest a répondu qu'il était risqué de traiter de cette question actuellement devant les tribunaux. «On ne peut pas dire ce qu'on veut à l'Assemblée nationale!», a-t-il clamé. Réponse de Pauline Marois : «On ne lui demande pas d'appeler un juge//// Beau petit pléonasme de Michelle Courchesne au sujet du régime pédagogique: c'est «...clairement clarifié pour tout le monde», a-t-elle dit. //// Meilleur mot hors micro : Martin Lemay au sujet de Jean Charest : «Il a déjà l'esprit à Vancouver//// Avec des "SI", jamais de "RAIT" Je m'en voudrais d'oublier une belle gibelotte d'hier (signalée par ma collègue Jocelyne Richer), du ministre Tony Tomassi: «Le député de Gouin, s'il regarderait attentivement, et je le répète, la majeure, la quasi-totalité des propriétaires de services de garde dont il fait les allégations, M. le Président, dont il fait les allégations, ont obtenu leur premier permis, leur première subvention sous le Parti québécois avant que le Parti québécois mette un moratoire et empêche des milliers d'enfants d'avoir des places en service de garde