Je me souviens des «goupilismes»

image Vous vous souvenez de la ministre de la Justice péquiste Linda Goupil? Plusieurs sources certifient que si elle était toujours ministre aujourd'hui, elle serait une grande amie de ce carnet. Elle produisait tellement de perronismes et de perles que certains de ses collègues ministres avaient pris l'habitude de noter les «goupilades» ou les «goupilismes». J'ai déjà évoqué ce sujet ici, mais voici que des «revendeurs» de goupilismes sont sortis de l'ombre pour me refiler du matériel supplémentaire. Voici : après la démission de Lucien Bouchard, Mme Goupil avait parlé de la «chouffe à la courserie» qui suivrait... plutôt que «course à la chefferie». Quand elle sentait une menace, elle soutenait qu'elle avait «une épine de Démocrate au-dessus de la tête». Un jour, relatant une manoeuvre particulièrement perfide des gens d'en face, elle s'est exclamée : «On s'est encore fait fourrer par en arrière!» Une mesure était remise à plus tard? Dans la langue de Goupil, elle était «reportée au calendrier grec». Le ad nauseam des Landry et cie se muait fréquemment chez elle en «ad nauséabonde» dont un exemple a été consigné dans les transcriptions officielles : «On l’a exprimé de façon nauséabonde depuis le début de cette commission», ici et ici aussi. Un dernier? : «Payer rubis sur l'or». (Photo Assemblée nationale)

À voir en vidéo