Moins de «gouvernement», plus d'«État»

image On confond souvent, au Québec, gouvernement et État. Le gouvernement, c'est le groupe de personnes au pouvoir, ce sont les ministres, le premier ministre, c'est «l'exécutif». Bref, c'est politique. L'État, c'est une abstraction qui recouvre l'administration publique et par extension, on peut grâce à ce mot désigner l'armature qui soutient et lie le peuple. Même que Nietzsche disait que «l'État, c'est le plus froid de tous les monstres froids. Il ment froidement et voici le mensonge qui rampe de sa bouche : "moi l'Etat, je suis le peuple".» Les gouvernements changent, l'État reste. Je suis au salon bleu et j'entends le ministre Jacques Dupuis affirmer que «le gouvernement donne des services à la population». Précisons: c'est l'État qui donne les services. Explications de cette confusion québécoise fréquente par le Grand dictionnaire terminologique :

«Au Québec, le terme gouvernement est souvent employé comme synonyme d'administration publique ou d'Administration, dans la langue courante. Or, la notion de "gouvernement" est davantage liée au pouvoir politique, tandis que celle d'"administration publique" est plutôt liée aux services publics fournis par les fonctionnaires de l'État. Cette extension de sens qui est souvent donnée au terme gouvernement s'explique peut-être par l'influence du terme anglais government, qui désigne le pouvoir politique, mais aussi l'administration publique. Elle est peut-être également attribuable au fait que les fonctionnaires appliquent les décisions et mettent en œuvre les orientations adoptées par le gouvernement, ce qui rend parfois difficile la distinction entre les deux notions.» (photo archives Le Devoir)

À voir en vidéo