Le mot de 2008

image Partick Lagacé se demande quel est le mot de 2008. Bonne question. Mais je vais céder à la tentation d'être chien «un ti peu» : un mot pas trop compliqué, j'espère? Ha! Des blagues Patrick ! Elle était trop tentante. Quelques suggestions : crise, cupidité «adossée à des actifs», «l'économie, oui», «récession». On l'oublie, mais l'obsession économique s'était manifestée au Québec dès janvier lors d'un caucus du PLQ à Sherbrooke. J'avais alors demandé au ministre Raymond Bachand de définir le mot récession. Ça l'avait mis dans tous ses états. «Antoine, si on n’était pas là, tu sais ce que je te dirais, hostie ! Deux trimestres consécutifs... C’est niaiseux, c’est comme le prix des pintes de lait, criss, c’est quoi, ce genre de politique-là ? Appelons un chat un chat.» Son collègue Alain Paquet, économiste et député de Laval-des-Rapides, avait offert une réponse plus mesurée et informée.

À voir en vidéo