Le fondateur de Wikipedia salue Apple et pourfend les entreprises privées

Jimmy Wales (à gauche), Kevin Mitnick, spécialiste en sécurité informatique, et Guy Kawasaki jouant aux singes de la sagesse dimanche lors du festival South by Southwest
Photo: Twitter/@GuyKawasaki Jimmy Wales (à gauche), Kevin Mitnick, spécialiste en sécurité informatique, et Guy Kawasaki jouant aux singes de la sagesse dimanche lors du festival South by Southwest
L’appui est de taille et il est surtout imprévu. Jimmy Wales, fondateur de l’encyclopédie participative Wikipedia, militant pour une informatique libre et une société de la connaissance fondée sur le partage, la libre circulation des données et la transparence des codes informatiques, s’est dit «très fier d’Apple» dans la résistance actuellement affichée par la multinationale de l’informatique privative contre le FBI.

Ça s’est passé dimanche au festival excentrique South by Southwest (SXSW), qui se tient en ce moment à Austin au Texas, lors d’une conversation publique avec Guy Kawasaki, évangéliste en chef chez Canva. Rappelons qu’Apple est entré depuis quelques semaines dans un bras de fer avec les autorités américaines qui souhaitent obtenir le soutien technique nécessaire pour pénétrer dans les données cryptées d’un iPhone retrouvé sur un terroriste ayant signé l’attaque de San Bernardino en décembre dernier. Ce que refuse de faire l’empire de la pomme pour ne pas compromettre la sécurité de l’ensemble de ses appareils, prétend Tim Cook, son président.

«Même si le FBI finit par gagner, a dit Jimmy Wales, nous devons nous réjouir qu’Apple se batte sur ce point». Selon lui, «la pire chose aurait été qu’une entreprise comme Apple» accepte de répondre favorablement aux demandes du FBI, et ce, en le faisant «en toute discrétion».

Tout en louant l’inflexibilité d’Apple, le père de Wikipedia a par ailleurs, lors du même événement, pourfendu les entreprises privées qui éditent elles-mêmes leurs pages sur cette vaste encyclopédie en ligne pour se présenter aux internautes sous un beau jour et pour y faire disparaître des faits gênants et peu glorieux. «Les compagnies pensent que Wikipedia est un puissant outil de marketing, a-t-il indiqué, mais je pense qu’elles sont dérangées et qu’elles devraient nous laisser tranquilles».

L’homme se dit irrité d’ailleurs par cette pratique qui fait qu’aujourd’hui, «les bonzes des relations publiques sont devenus excellents dans leurs interactions avec l’encyclopédie», un détournement qui devrait, selon lui, convoquer la résistance des contributeurs non intéressés à ce vaste projet de construction d’un savoir collectif.

Wikipedia est le 7e site Web le plus visité au monde, derrière Google (1), Facebook (2), YouTube (3), Baidu (4), Yahoo (5) et Amazon (6), selon la page Wikipedia consacrée aux 100 sites Internet les plus populaires de la planète Web. La recherche d’informations sur des milliers de compagnies par un moteur de recherche donne souvent comme premiers résultats la page Wikipedia qui lui est consacrée.