Wikipedia courtise les scientifiques

Photo: UC Davis College of Engineering
Populaire chez les internautes, mais délaissé par les scientifiques. L’encyclopédie participative en ligne, Wikipedia, aimerait voir davantage le monde de la recherche et de la science mettre sa touche et son savoir dans ses pages. L’organisme sans but lucratif a d’ailleurs profité d’une conférence à Londres il y a quelques jours pour sensibiliser cette frange d’internautes dont les connaissances dans différents domaines sont immenses, mais qui rechignent à les partager avec le reste du monde par l’entremise de ce grand livre numérique sur tout.
 
«Beaucoup de représentants du monde académique ont l’impression que Wikipedia est un Far West du fait que tout le monde peut, sans distinction, contribuer à son contenu, a indiqué dans les pages de Nature Martin Poulter organisateur de cette rencontre qui s’est tenue à l’Université d’Oxford. Mais dans les faits, l’encyclopédie est surtout mue par une communauté de perfectionnistes qui ont à chœur la véracité et l’exactitude des faits».
 
Cet appel au monde de la science retentit alors que le nombre de contributeurs à Wikipedia ne cesse de diminuer dans les dernières années, et ce sous, l’effet, entre autres, de l’émergence dans la communauté de nouveaux policiers du contenu dont l’excès de zèle peut parfois couper l’envie à certain de mettre leur marque dans ce grand tout.
 
M. Poulter admet toutefois que pour séduire les acteurs de la science, il va falloir surtout les inviter à surmonter une barrière culturelle : c’est que dans Wikipedia, les articles sont généralement créés de manière organique, fragment par fragment, amené par l’un pour être complété par celui d’un autre. «On est bien loin des articles scientifiques classiques», dit-il.
 
On est également bien loin de la visibilité que peut avoir ce genre de tartines souvent hermétiques et répondant à des codes narratifs plus vraiment en phase avec l’époque et les nouvelles habitudes de lecture : Wikipédia, c’est en effet 9 milliards de pages vues chaque mois, en anglais et 850 millions, en français, dit l’encyclopédie sur elle-même.

À voir en vidéo