L'absurde comme nouvelle forme d'affirmation de soi

Quand il y a trop de bruit, il faut crier fort pour se faire entendre ou se faire voir. La logique s'est très bien installée dans les univers numériques où désormais, le coup d'éclat, le comportement absurde, le ridicule, qui passe par une photo, une vidéo, une campagne virale, garantissent une certaine visibilité. Vedettes, pamphlétaires, politiciens l'ont bien compris. Certaines municipalités aussi, comme en témoigne le projet loufoque que mène actuellement le village de Vulcan en Alberta depuis quelques semaines dans les univers numériques.

Ce n'est pas très sérieux, mais ça fait jaser: Vulcan, avec ses 1800 âmes, souhaite en effet construire sur son territoire une version fonctionnelle de l'USS Entreprise, célèbre véhicule spatial de la série télévisée Star Trek. La ville, qui depuis des années prétend être la capitale de Star Trek au Canada, vient même de lancer une campagne de sociofinancement sur le réseau Indiegogo en se fixant un objectif pour le moins ambitieux: récolter d'ici octobre prochain 2 milliards de dollars pour concrétiser son rêve. Pour le moment, 95 personnes ont répondu à l'appel — ce qui n'est pas banal étant donné la nature absurde du projet —, le tout pour une contribution d'un peu moins de 3000 $. Pas de quoi faire trembler un Klingon.

Sur le site touristique de la région des Badlands, des terres hostiles sur lesquelles Vulcan se trouve, les responsables de cette campagne l'admettent toutefois: la construction de l'USS Entreprise dans ce petit coin de l'Alberta, où Leornad Nimoy, un vulcan, a posé les pieds en 2010, n'est qu'une grande supercherie visant à faire mousser le tourisme dans une partie de l'Alberta qui en a un peu besoin. Et bien sûr, le contraire aurait été un peu moins rassurant sur l'état de santé de notre présent!