Stationnement, contravention et modernité: Payer pour ne plus payer

Tout est en train de muter, y compris le concept de «Robin des bois». Un doute? Depuis le 26 mars dernier, un entrepreneur — Sylvain Fourier, pour le nommer — a décidé de venir en aide à ses contemporains automobilistes en leur offrant un service d'alerte numérique permettant d'éviter de récolter des contraventions pour cause de mauvais stationnement. L'homme se présente d'ailleurs comme un «Robin des bois des temps modernes», même s'il réclame entre 45 $ et 55$ par année pour rendre ce service. Aider et défendre: oui. Sans compensation: non!

«C'est un service qui a couté de l'argent à développer, qui va couter de l'argent à promouvoir et pour lequel je n'ai pas le choix de faire payer», a résumé jeudi dernier cet ancien agent d'immeuble et ancien fonctionnaire lors d'un court entretien téléphonique.

Avec Parking-Alerte, M. Fourier souhaite rendre la vie plus facile aux automobilistes abonnés aux contraventions par négligence, étourderie ou un mélange des deux. Comment? En proposant un service d'alerte par courriel, message téléphonique ou message texte informant le propriétaire d'un véhicule stationné en ville quelques minutes avant le début d'une période d'interdiction, périodes nombreuses et pas toujours cohérentes d'un quartier à un autre à Montréal, faut-il le souligner.

L'alerte vise à rappeller à l'automobiliste qu'il a une voiture stationnée dans la rue pour l'inviter à vérifier si elle est au bon endroit.

En apparence moderne, le principe d'alerte développé ici repose toutefois sur l'information liée aux périodes d'interdiction que l'abonné va transmettre lui-même à Parking-Alerte et non pas sur un système géolocalisé et/ou sur les données de la ville en matière d'interdiction de stationner. Il ne prend pas en compte, non plus, les interdictions circonstancielles, comme celles qui accompagnent généralement les périodes de déneigement.

Ce service, imaginé par quelqu'un «qui a ramassé beaucoup de contraventions et qui en a développé une écoeurite aiguë», dit-il, fait son apparition dans l'environnement numérique alors que les habitudes des automobilistes, à Montréal du moins, se préparent à être bouleversées avec le retour des interdictions estivales de stationner, à partir du 1er avril.


8 commentaires
  • Lydia Anfossi - Abonnée 1 avril 2013 17 h 37

    Un service en français?



    Ça semble toujours plus séduisant en anglais? Pourquoi Parking-Alerte?

    • Frédéric Jeanbart - Abonné 2 avril 2013 08 h 55

      Parce que à la base c'est une gammik comptant sur l'émotion de ceux qui se font souvent prendre : tant qu'à utiliser votre téléphone cellulaire "inteligent", pour envoyer les horaires de stationnement à ce service, autant plus simplement utiliser la fonction d'alarme du téléphone! doh...

      Ce serait un réel service SI ces informations étaient déjà colligées par l'enmtrepreneur, là il mériterait qu'on le paye annuellement pour cela, mais ce n'Est pas le cas. Utilisez votre alarme à la place, moins coûteux et plius simple..

    • Frédéric Jeanbart - Abonné 2 avril 2013 09 h 00

      Tiens, en plus de mes messages précédents, un dernier ajout : ce service serait encore meilleur (outre pour ce que j'ai dit précédemment, concernant le fait que l'entrepreneur devrait colliger ces infos, car il est plus simple d'entrer dans la fonction alarme du cellulaire au lieu de les lui envoyer), serait encore meilleur disais-je SI il y avait utilisation du GPS : le positionnement serait telle une requête dans une BD contenant les informations de stationnement.


      Là, c'est comme si on avait un homme d'affaire qui ne veut pas travailler pour mériter son pécule, et qui fait payer ses clients pour qu'ils fassent la job à sa place!

  • Frédéric Jeanbart - Abonné 2 avril 2013 08 h 49

    Bonne idée

    Mais... Extrait : « le principe d'alerte développé ici repose toutefois sur l'information liée aux périodes d'interdiction que l'abonné va transmettre lui-même à Parking-Alerte et non pas sur un système géolocalisé et/ou sur les données de la ville en matière d'interdiction de stationner. »

    Étant moi-même un abonné aux contravetions de staitionnement, non pas par négligeance ou étourderie outre des exceptions, mais plus souvent qu'autrement pour ne pas "casser" un travail en cours ou une réunion (briser la concentration en informatique, est coûteux pour le client, car il faut reprendre depuis le début le raisonnement si on coupe au milieu, à tout le moins il y a décalage, et la contravention coûte moins cher au client : des fois je la facture quand c'est lors de réunions où le stationnement n'est pas fourni, j'avertis à l'avance, mais cela enrage tout le monde, une "gammik" de la ville qui au bout du compte sabote le travailleur honnête). Quand aux boutiques du centre-ville, elles n'auront plus qu'à vivre aux dépoends des travailleurs du cenbtre-ville : il n'est plus question que j'angoisse pendant mes jours de congé alors que pourtant je viens mettre de l'eau dans la roue du commerce au centre de Montréal...

    Bref, j''utilise déjà cette méthode avec une alarme sur mon téléphone mobile, depuis quelque semaines, et ça fonctionne. Pas plus de manipulation que d'envoyer les info. de stationnement à ce service...

  • Lavalliere Francis - Inscrit 2 avril 2013 11 h 49

    Pas bete, mais aucune valeur a l'usager

    Le fait que les usager doivent eux-mêmes entrer les interdictions ce service n'a pas vraiment de valeur ajouter. Il est préférable a un coût beaucoup moindre d'utiliser tout système d'alarme de votre téléphone mobile. Afin de promouvoir de bon services de notifications qui offre de la vrai valeur, j'ai utiliser un service d'alerte gratuit dernièrement lors d'une visite a une clinique de santé sans rendez-vous, http://www.cmpb.co/ . Service fort simple et gratuit, du moins pour le moment. Ce service offre réellement une valeur aux usager, contrairement a celui spécifié dans l'article.

    • Frédéric Jeanbart - Abonné 2 avril 2013 14 h 07

      ...Même là, l'agenda électronique avec alarme du cellulaire peut faire l'affaire, pas de réelle "valeur ajourter" comme vous dites... Mais comme c'est gratuit et SIMPLE c'est quand même bien.

  • Sylvain Fourier - Inscrit 4 avril 2013 22 h 00

    Stationnement

    Bonsoir M. Fabien Deglise,

    Dans un premier temps M. Deglise, j’aurais aimé être informé de la parution de votre blogue du 28 mars dernier, comme je vous l’avais demandé le 28 mars dernier au matin lors de notre conversation téléphonique car j’aurais eu la chance de répondre à ce monsieur qui a pris le temps de faire 3 textes sur le sujet (je pressens un intérêt de sa part…?) alors vous ne m’avez tout simplement pas avisé, mais je vois que les bonnes manières se perdent.

    Alors, je vous écris pour faire le point et remettre les pendules à l’heure. Alors ce nouveau site web http://www.parking-alerte.com/fr/ est un nouveau service offert à ceux et celles qui par distraction prennent des billets de contravention devant leurs résidences.

    L’idée de ce site web m’est venu à la suite d’une autre contravention (sur mes 3-4 par années, car n’ayant pas un horaire fixe comme travailleur autonome) et par la morosité de l’actualité montréalaise et québécoise (magouille, collusion, corruption, trappe à ticket policière, contrat 30% trop cher et j’en passe).

    J’ai eu envie de faire quelque chose pour ceux qui paient 52$ multiplié par 3, 4,5…fois pour des contraventions, de cette façon, ces gens pourront mieux passer leurs fin de mois.

    Oui, il y a des frais de 45$ (mais 25$ pour le mois d’avril) mais entre 45$ et plusieurs 52$ pour plusieurs comme moi qui travaillent de soir et de nuit, cela fera la différence à la fin de l’année.

    Les frais de 45$ doivent compenser pour la réalisation de l’application web du site et la mise en marché de Parking-alerte.com. Ce système demande un bon nombre de lignes téléphoniques pour faire parvenir les messages vocaux , messages textes et courriels..

    Oui avec cette application simple et dépourvu de grande technologie comme gps et connaissance de tous les panneaux d’interdictions de toutes les villes du Canada, États-Unis, mais elle sera bien utile pour la population, qu’il n’en déplaise à ce détracteur déblaté

  • Sylvain Fourier - Inscrit 4 avril 2013 22 h 04

    Stationnement - Suite

    (suite)

    Oui avec cette application simple et dépourvu de grande technologie comme gps et connaissance de tous les panneaux d’interdictions de toutes les villes du Canada, États-Unis, mais elle sera bien utile pour la population, qu’il n’en déplaise à ce détracteur déblatérant sur Parking-alerte.com et ses vertus. Maintenant que l’idée est lancée elle ne pourra que faire des petits… que ce soit nous ou autres, la gestion des fonds publiques devra faites avec vigilance pour que l’on puisse se sortir du titre, Montréal parmi les grandes, la ville la plus pauvre au Canada et que le Québec ne soit pas la province a recevoir le plus de péréquation…
    Sylvain Fourier
    Président de Parking Alerte