Démocratie 2.0: des données ouvertes pour suivre ses élus municipaux à la trace

Anticiper pour mieux surveiller. L'organisme Nord Ouvert annonce l'apparition dans les prochains mois d'un nouvel outil numérique, fondé sur le principe des données ouvertes, qui va permettre aux citoyens des villes de Montréal, Toronto et Ottawa de mieux suivre, à distance par l'entremise de leur tablette ou leur ordinateur, les activités, les prises de décision et/ou absences et incohérences de leurs élus municipaux.

Baptisé MaMairie.ca, le projet est sur les tables à dessin depuis plusieurs mois. Il attend en partie la libération par les municipalités de plusieurs jeux de données non nominatives portant sur la vie démocratique, comme le procès verbaux des réunions et comités, la version numérique de l'agenda des élus, les données sur leurs votes..., mais également une dernière ronde de financement pour laquelle l'organisme, bien de son temps, vient de lancer un appel aux dollars sur le site de sociofinancement Indiegogo. C'est un espace dédié au financements de projet par les masses, un dollar à la fois.

Dans les grandes lignes, MaMairie.ca souhaite devenir un de ces lieux de construction d'une nouvelle vie démocratique, celle qui rêve de se jouer dans les univers numériques. Comment? En donnant la chance aux citoyens d'être mis au courant, en temps réel, de la teneur des discussions sur des enjeux qui les touchent de près, de communiquer publiquement avec leurs élus, «pour créer une mémoire collective parmi les électeurs et ainsi contraindre les politiciens à tenir parole» ou encore de dialoguer avec d'autres citoyens sur leurs préoccupations, angoisses, souhaits ou craintes de voir un bâtiment patrimonial placé une énième fois dans la mire de promoteurs immobiliers et de fonctionnaires municipaux complaisants. En gros.

Pour James McKinney, directeur général de Nord Ouvert, «quand les citoyens participent activement aux prises de décision à la mairie, nos élus prennent de meilleures décisions. Nos villes sont ainsi plus sûres, plus saines, plus intelligentes et plus agréables.»

Le projet MaMairie.ca s'inscrit naturellement dans la logique du logiciel libre en s'appuyant sur un environnement logiciel à code ouvert développé aux États-Unis par la Participatory Politics Foundation (PPF) avec laquelle l'organisme québécois a signé une entente de collaboration. La PPF se prépare à lancer des outils similaires, OpenGovernment.org, à San José, Philadelphie et Washington D.C.

Nord Ouvert rappelle sur son site Internet que «les municipalités sont responsables de la majorité des services utilisés quotidiennement par les citoyens, que ce soit les routes, les écoles, les parcs ou la gestion des déchets», mais que «les citoyens n’ont toutefois pas les outils pour participer directement au processus de prise de décision.» Un vide que l'organisme n'aime pas et qu'il souhaite désormais combler.

À voir en vidéo