Chris Hadfield regarde le monde d'en haut et en plus il le tweete

Le regard spatial de Chris Hadfield posé sur Montréal<br />
Photo: Le regard spatial de Chris Hadfield posé sur Montréal

C'est ce qu'on appelle amener Twitter au-delà de ses limites. Depuis quelques jours, l'astronaute canadien Chris Hadfield qui, le 21 décembre dernier, a investi la Station spatiale internationale pour une mission scientifique donne de la hauteur à ce réseau de microclavardage. Comment? En l'utilisant pour partager avec ses 122 000 abonnés des photos de la terre qu'il regarde en ce moment de très haut. Époustouflant.

Le mont Vésuve en Italie, les Bahamas, la ville de Québec, Tadoussac et plus récemment Montréal sortant de la neige, le regard posé par Hadfield sur le monde d'en bas — c'est à dire nous — se déploie quotidiennement sur son compte Twitter (@Cmdr_Hadfield) au fil du déplacement de la Station, actuellement en orbite à 330 km au dessus du plancher des vaches.

Ça se consomme comme des cartes postales improbables, venant de loin, qui permettent de prendre conscience de la beauté du globe, oui, mais surtout de la prolifération de Twitter dans toutes les strates de l'activité humaine, y compris celles, rares, qui se jouent au-delà de la stratosphère.


Le mont Vésuve en Italie


Les Bahamas dont la couleur a ému l'astronaute «C'est difficile de croire» que c'est aussi joli «vu de l'espace», écrit-il


Le canal de Suez sous un angle atypique


La ville de Québec sort de la neige


Tadoussac attire les regards de touristes, et ceux des astronautes...


Calgary vue autrement.