Délation des incivilités: il y a désormais une app pour ça!

Les dérives totalitaires induites par les univers numériques, c'est un peu ça: en France, un groupe proche de l'extrême droite et des idéaux du Front national de Marine Le Pen, vient de lancer une application qui permet de dénoncer et de géolocaliser les infractions et les incivilités qui nous entourent. Baptisée «Observer la loi», l'application pour iPhone est disponible depuis le 3 octobre dernier dans le magasin en ligne d'Apple. Et paradoxalement, elle a plutôt tendance à faire régresser le progrès.

C'est un site internet cultivant les idées conservatrices et le radicalisme prenant racine parfois à droite qui est derrière cette application, présentée comme un outil permettant aux citoyens de se transformer en «journalistes d'enquête» pour un meilleur fonctionnement de la société. Oui, oui, ça ne s'invente pas!

Et comment ça marche? «Observer la loi» propose aux «honnêtes gens» de dénoncer, simplement en dégainant leur iPhone, les comportements jugés asociaux et surtout irrespectueux de quelques lois adoptées par le République française. Il est question ici de pointer d'un doigt réprobateur et dématérialisé les fumeurs qui en grillent une petite en douce dans des espaces interdits, les automobilistes qui ne respectent pas le Code de la route ou les règles de stationnement, les voisins qui font du tapage nocturne ou encore les femmes portant le voile intégral dans des lieux publics. En France, il y a une loi qui interdit ça.

Cette délation en format numérique, qui démontre facilement que la modernité peut être odieuse, s'accompagne d'un système de cartographie et de géolocalisation de tous ces «crimes» afin d'en informer tout le monde et plus particulièrement les internautes situés dans la zone géographique proche du délateur.

Heureusement, l'application n'est pas disponible sur la version canadienne du Apple Store. Pour le moment, du moins.
6 commentaires
  • Emmanuel Rousseau - Inscrit 11 octobre 2012 13 h 28

    Alarmisme?

    Effectivement une application comme celle-là comporte des dangers pour le totalitarisme. Ce que l'article ne dit pas, c'est que le danger existe seulement si l'application est supportée par des lois régissant son utilisation. Il faut être naïf pour croire que ce qu'on y retrouvera sera de l'information fiable.

    Par exemple, si tout défenseur de la vie privée l'installait et dénoncait des "crimes" qui n'ont pas lieu, il se crérait un bruit de fond qui brouillerait les forces de l'ordre. Du même coup, cela agacerait ses utilisateurs, constaments notifiés de fausses alertes. Bref, une telle application donne des moyens aux délateurs, mais du coup en donne à ceux qui crient au loup!

    L'article s'avère donc un peu alarmiste.

  • Jean Robin - Inscrit 11 octobre 2012 14 h 10

    Le délateur c'est vous cher confrère

    Merci tout d'abord d'assurer notre publicité jusqu'au Canada, même si en effet l'application n'y est pas disponible. Par contre il ne suffit pas d'accuser l'autre d'être "totalitaire" ou d'être "proche de Marine le Pen" pour que cela soit automatiquement vrai. Au contraire, quand c'est faux, et ça l'est, c'est l'arroseur qui se retrouve arrosé. En effet, il n'y a aucun début de commencement de délation avec notre application, sinon Apple ne l'aurait jamais validée, pensez bien. Au contraire, notre application qui s'appelle "Observer la loi" respecte strictement la loi française, votée par la représentation nationale. Donc à moins de ne pas être démocrate, ou d'être fasciste, il n'y a aucune raison de faire de la délation comme vous le faites (technique classique qui consiste à accuser l'autre de ses propres agissements). Aucune identité n'est publiée, ni celle des utilisateurs (les adresses IP ne sont conservées que 24h pour éviter le flooding), ni celle des personnes commettant peut-être des incivilités. Aucun nom, aucune photo, juste une géolocalisation qui ne permet en rien de déterminer de qui il s'agit. Bref, si vous aviez fait votre travail de journaliste, vous m'auriez contacté et je vous aurais expliqué tout cela, mais vous avez versé dans la facilité, et malheureusement dans l'erreur factuelle et déontologique. Confraternellement de France. Jean Robin, gérant d'Enquête & Débat, créateur de l'application Observer la loi.

    • Michael Pratte - Abonné 15 octobre 2012 23 h 41

      "Merci tout d'abord d'assurer notre publicité jusqu'au Canada"

      Ah! Le CANADA! Les Rocheuses, la face de la reine pis toute.

    • Cyr Guillaume - Inscrit 16 octobre 2012 15 h 37

      Bien d'accord avec vous, cher monsieur, mais que voulez vous comme vous dîtes, au Canada, les canadians versent facilement dans al facilité, ou de tout ce qui va à l'encontre de leur vision. Il suffit d'écrire Marine Lepen ou FN, et tout le monde s'emporte! Un Québécois qui trouve cette application bien sympatique. Après tout, quoi de mal à dénoncer qui outrepasse ses droits en fessant la fête tard le soir, ou un excès de vitesse?

  • Jean Robin - Inscrit 11 octobre 2012 14 h 15

    Et concernant Marine le Pen

    Par ailleurs vous vous êtes trompés également sur Marine le Pen, dont nous ne sommes nullement proches, au contraire nous avons révélé deux scoops concernant son équipe au FN, je vous renvoie à nos enquêtes :
    - http://www.enquete-debat.fr/archives/charlotte-sou
    - http://www.enquete-debat.fr/archives/le-sous-marin
    Et vous ignorez aussi que nous avons lancé il y a plusieurs semaines déjà une campagne contre Alain Soral, proche de Marine le Pen, et ancien membre du bureau du FN. En voici la dernière vidéo en date : http://www.enquete-debat.fr/archives/alain-soral-m

  • Franklin Bernard - Inscrit 12 octobre 2012 08 h 39

    Ça, c'est un truc pour la troupe d'espions de le vie privée à Harper

    Ça devrait sûrement plaire à Harper et son complice en déni des droits de la personne, Vic Towes. Envoyez-leur une app à titre d'essai d'un mois. En anglais de préférence. On parie que ce sera disponible dans les magasins Apple du Canada sous peu?