Religion et vie numérique: une première fatwa lancée contre le réseau Twitter

Le site anglophone de la chaîne Al Arabiya résume l'affaire. Selon l'imam Sheikh Abdullah, le fait de donner de l'argent à une compagnie pour accroitre artificiellement le poids de ses abonnés par la création de faux comptes représente une activité «malhonnête et mensongère», une «calomnie» même à laquelle les bons musulmans ne devraient surtout pas succomber.

La condamnation intervient quelques semaines après qu'un abonné saoudien du célèbre réseau de micro-clavardage ait indiqué sur son compte son intention de payer pour développer son auditoire numérique en achetant 500 000 nouveaux amis. Tout comme ailleurs dans le monde, y compris au Canada, plusieurs entreprises du Royaume propose en effet un tel service en vendant des lots de 10 000 nouveaux abonnés contre 70 $et 270 $.

The Guardian de Londres s'amuse un peu de cette décision en soulignant que dans la foulée de cette fatwa le responsable d'une agence de marketing d'Arabie Saoudite a reconnu l'existence de ce commerce de faux abonnés sur Twitter, Facebook et YouTube, certes, mais a aussi avoué en avoir vendu à des sportifs, des hommes d'affaires, des poètes ainsi que... des théologiens islamiques saoudiens. Il n'a toutefois pas donné de noms, sans doute pour ne pas personnifier le débat, comme dirait l'autre.

À voir en vidéo