Contre la censure numérique, un code d'erreur en hommage à Fahrenheit 451

Une scène du film que François Truffaut a dirigé.
Photo: Une scène du film que François Truffaut a dirigé.

C'est une histoire de programmation informatique qui va au-delà du code. Pour que la censure sur la Toile ne passe plus jamais inaperçue, un groupe de programmeurs, à l'initiative du Canadien Tim Bray, souhaite imposer dans le cyberespace un nouveau code d'erreur, ces codes (erreur 404, erreur 403) qui apparaissent à l'écran quand un internaute n'arrive pas à accéder à la page demandée. Son numéro? 451, en hommage au célèbre roman d'anticipation Fahrenheit 451 de Ray Bradbury, portant justement sur l'obscurantisme et la censure.

La demande a été exposée récemment au sein de l'Internet Engineering Task Force (IETF), un groupe de geeks chargés de réfléchir et de dresser les cadres techniques du Web. Selon Bray, un cerveau de Vancouver, actuellement les problèmes d'accès à une page censurée par un gouvernement se perdent, techniquement, dans la catégorie des erreurs codées 403. Cette erreur signifie que le serveur refuse de transmettre une information en raison d'un problème d'authentification. Sans plus de détail, y compris lorsque cet accès bloqué est lié à une décision légale et étatique.

 

Pour lutter contre cette information «factuellement fausse», comme l'explique le blogueur Terrence Enden, lorsqu'il y a censure, une solution donc, le code 451 qui viendrait préciser la nature légale de l'entrave. «On ne peut pas se débarrasser totalement des entraves à la liberté d'expression. Or, si ces restrictions s'imposent, autant les indiquer de la manière la plus transparente possible, résume Tim Bray dans les pages numériques du quotidien britannique The Guardian. La référence à la vision dystopienne de Fahrenheit 451 peut s'avérer utile. Compte tenu du fait qu'Internet existe dans plusieurs des nombreux futurs imaginés par Bradbury, ce serait bien de lui adresser ce coup de chapeau, l'année de sa mort».

7 commentaires
  • Robert Plourde - Inscrit 28 juin 2012 09 h 43

    Excellente idée !!!

    Ray Bradbury dont je trouvais sa vision du futur rétrograde ! Eh bien non ce visionnaire savait bien que l'obscurantisme serait de retour.

    • Jacques Pruneau - Inscrit 28 juin 2012 10 h 03

      Excellente idée, aucun doute! L'obscurantisme n'est jamais loin je crois, trop de gens en profitent au dépends des autres. Les Libertés, on le voit au Québec, doivent être protégées de toutes les façons et sans jamais ne baisser la garde.

      Le code 451 est donc exactement celui qu'il fallait. Bravo!

      Jacques Pruneau.

  • maxime belley - Inscrit 28 juin 2012 11 h 25

    lisez Margaret Atwood

    pour des bons romans d'anticipations

  • Patrick Lépine - Inscrit 29 juin 2012 11 h 28

    Le degré de température ou s'enflamme le papier!

    Je ne connais pas la température à laquelle fondent les soudures des circuits, mais il est translucide que si l'obscurantisme censure une page, ce n'est pas pour ensuite nous le divulguer naïvement.

    «On ne peut pas se débarrasser totalement des entraves à la liberté d'expression.»

    Voilà le problème, très justement oui. On peut se débarrasser des entraves, on le doit même depuis l'avènement du net. Ouvrir la porte à la censure de quelque type que ce soit, c'est autoriser l'obscurantisme, et celui-ci tout comme le capitalisme, tout comme n'importe quelle idéologie poussée à son paroxysme, et ivre de pouvoir, ne trouvera de repos qu'une fois repue, lorsque le peuple se sera à nouveau révolté.

    Le problème avec les geeks en informatique, c'est qu'ils ont souvent moins de temps pour la philo.

    Il y a une vidéo il paraît de Magnotta qui circule sur le net, bien même si ce qu'on y voit est répugnant, même si c'est plus que plusieurs ne peuvent digérer, même si ça donne des idées quoi. Je ne voudrais pour rien au monde l'empêcher d'être enregistrée quelque part, et diffusée pour ceux que ça intéresse sur internet. Tout comme je n'accepterais jamais qu'on fasse fermer le site du Vatican ou de tout autre organisme voué à la diffusion du message du Christ.

    Le visionnement ou non d'une chose ou d'une autre, relève strictement du choix personnel, de son libre choix, du libre arbitre.

    Je vous dirais aussi qu'à ce titre, qu'une femme se fasse avorter, qu'elle "décide" de ce "choix" est parfait, mais qu'on retire ce même "choix" de vivre ou nom à la créature qu'elle porte en son sein, ça je ne le conçois pas.

    • Michel Robillard - Inscrit 1 juillet 2012 01 h 19

      Bien écrit ! Bonnes comparaisons !

  • Patoine Robert - Inscrit 30 juin 2012 06 h 32

    Carré Rouge

    Je crois que ce serait bien d'étendre cette iniative en incrivant 451 sur une carré rouge!

  • François Otis - Inscrit 2 juillet 2012 02 h 24

    Tant que ça ne touche pas la liberté des autres....

    De la liberté de retirer une page sans en fournir la raison.