Branché et trop stressé: les technologies commencent-elles à poser un problème de santé publique?

Relativité (1953), M.C. Escher<br />
Photo: Relativité (1953), M.C. Escher

Branché et beaucoup trop stressé. Un tiers des Britanniques se dit submergé par les technologies numériques qui se multiplient dans l'environnement et aspire désormais à s'éloigner un peu des téléphones cellulaires, des réseaux sociaux et des textos... pour vivre mieux.

C'est en tout cas ce qui ressort d'une étude effectuée dans le quotidien d'environ 1300 Anglais par une équipe de scientifiques de l'Université de Cambridge et dont les grandes lignes viennent d'être dévoilées. Avec à la clef une question: la numérisation des échanges humains pose-t-elle désormais un problème de santé publique?

Pilotée pour le compte du BT Group, ex-British Telecom, le pourvoyeur de télécommunications au pays de Kate et William, l'étude indique que l'anxiété induite par les objets technologiques, tout comme par les réseaux sociaux, affecte aujourd'hui un tiers des sujets de Sa Majesté, dont 20 % admettent même ne plus être «en contrôle» des outils de communication qui se retrouvent dans leur main.

Fait amusant, le sentiment d'écrasement est aussi fortement exprimé par la tranche d'âge des 10-14 ans (38 % se disent anxieux) et des 25-34 ans (34 %), a découvert le trio de chercheurs formé de John Clarkson, Tanya Goldhaber et Anna Mieczakowski, qui pendant huit mois a sondé le coeur des humains branchés dans le cadre d'entrevues en personne. L'exercice a été menée en Grande-Bretagne tout comme aux États-Unis, en Australie ou en Chine. Et le portrait livré peut laisser effectivement perplexe.

En effet, près de 60 % des personnes rencontrées avouent que leur famille gagnerait à s'imposer des périodes de temps où la technologie n'aurait pas le droit de citer dans leur cellule. On comprend: 36,4 % des parents estiment que les nouveaux outils de communication nuisent de temps en temps à leur vie familiale, 10,5 % allant même jusqu'à parler de «nuisance régulière», selon l'étude.

Jugées globalement positives par la majorité des répondants, les nouvelles technologies exposent toutefois de plus en plus leur côté sombre, démontre l'analyse de l'Université de Cambridge: deux tiers des répondants y reconnaissent consacrer trop de temps à numériser leur vie quotidienne, essayant même, dans une proportion de 33 %, de réduire le nombre d'heures qu'ils passent accrochés à une machine, à un réseau social, à une boite de courriel ou à des textos. En gros.

Et pour couronner le tout, 65 % des Britanniques affirment même préconiser pour eux et leur avenir des communications davantage en mode face à face, que par écrans interposés. Un drôle d'idée à l'ère du 2.0 qui pourrait paradoxalement devenir bien moderne et contagieuse puisque même les plus jeunes se souhaitent le même genre de rematérialisation des rapports humains, indique l'étude. Comme quoi...

 
5 commentaires
  • Maco - Abonné 25 juillet 2011 15 h 51

    Comme le DISCO

    Une mode, c'est une mode. Ça peut prendre du temps, mais ça passe.

  • Assez merci - Inscrit 25 juillet 2011 16 h 08

    Cancers et désordres psychologiques!


    Et bien OUI, les ondes dérangent notre système neveux, psychologique et les cellules humaines!

    Micro ondes, fils électriques, chauffage électrique, cellulaire, PC, radio, satellites espions et de communications, caméras de surveillances, électronique dans les autos, télé, tours de communication etc.

    Tout celà cause du stress, des cancers etc.

    Une petite expérience vous démontrera ce que font les ondes sur les légumes donc sur les humains aussi.

    Faites vous une petite serres pour cultiver vos tomates et cocombres.
    Faites jouer de la musique (ca dégage des ondes) et vous verrez que le son va faite pousser vos légumes plus vite et ils seront plus gros.
    Que de la musique, imaginer tout le reste énuméré plus haut!

    La terre est devnu un grand micro ondes et cause des dommages pour la santé! Mentale et physique...

    Aller juste passer 2 semaines dans la for^t à relaxer, revener à Montréal tout bonnement et vous ressentirez les ondes vous envahir.

    Et les septiques seront confondus!

  • Pierre-Paul Roy - Abonné 25 juillet 2011 16 h 14

    Et les vieux ?

    Je suis un « vieux » de 80 ans. Je me suis branché il y a plusieurs années au cours desquelles je me suis apeçu que je communiquais mais que presque tout le monde n'écoutait pas. Alors je me suis dit : les réseaux sociaux ... pas pour moi. Je profite du temps épargné pour la lecture. C'est la lecture qui Sauve.

  • Marc O. Rainville - Abonné 25 juillet 2011 17 h 20

    @ Pierre-Paul Roy

    ''C'est la lecture qui Sauve.''
    Et l'écriture ! Merci M. Roy.

  • Pierre-R. Desrosiers - Inscrit 26 juillet 2011 07 h 11

    Comprendre

    La plupart des médias permettent de voir. Aucun ne permet de comprendre. Sauf la lecture et le silence.

    Pierre Desrosiers
    Val David