L'Islande écrit sa nouvelle constitution en mode participatif

Les révolutions sociales se suivent et ne se ressemblent pas en Islande. La preuve: après la chute du gouvernement, sous la pression du peuple et dans la foulée de la crise financière de 2008 qui a passablement affecté le pays, les Islandais font aujourd'hui une énième fois dans l'originalité. Comment? En écrivant la nouvelle constitution du pays collectivement et en ligne.

C'est la transparence comme remède à la crise de confiance matinée d'une grande dose de démocratie numérique. Depuis avril dernier, la nouvelle constitution de l'Islande s'écrit en effet à plusieurs mains citoyennes dans le cyberespace où l'Assemblée constituante de l'Althing, le parlement islandais, a décidé d'élire en partie domicile.

Cette assemblée qui supervise l'avancement des travaux est composée de 25 membres issus de la société — il y a des journalistes, des avocats, des étudiants, des économistes... — chargés aussi d'écouter le reste de la population qui décide de se prononcer sur cette rénovation fondamentale d'un texte de loi datant de 1944. À l'époque, l'Islande est devenu un pays à part entière en se détachant du Danemark.

L'exercice démocratique trouve sa voie sur une page Facebook, un compte Twitter, expose son écriture en temps presque réel sur Internet et offre la diffusion de travaux de l'Assemblée sur YouTube. Ouf.

Au pays de Björk — oui, la chanteuse atypique sur la scène pop contemporaine —, cette mise en mode collaboratif de l'écriture d'un document aussi crucial qu'une constitution n'étonne pas, même s'il représente une première à l'échelle mondiale. C'est en tout cas ce qu'affirme la journaliste suédoise Ellen Albertsdóttir (oui, ça veut dire «la fille d'Alber»t!) dans les pages numériques du presseurop.eu.

Et comment! Avec ses 320 000 âmes à peine, soit l'équivalent environ de la ville de Québec, l'Islande a finalement les atouts qu'il faut pour favoriser les rapprochements numériques, sur toutes sortes de sujets, y compris un projet à teneur démocratique. Sans compter que l'accès à Internet des ménages y est particulièrement élevé, tout comme d'ailleirs le niveau de scolarité moyen de sa population dans laquelle les analphabètes sont finalement beaucoup plus rares que les volcans en éruption.

Comme si cela n'était pas assez, les prémisses de cette constitution en construction font aussi preuve d'originalité en mettant l'accent sur le droit des générations futures, ce qui semble être une autre première dans un tel document. Première qui souhaite faire table rase sur le principe du «après-moi-le-déluge» qui a induit la dernière crise boursière et du présentisme très contemporain qui afflige les sociétés occidentales.

Une fois fignolée, cette constutition issue de la démocratie islandaise 2.0 va devoir être adoptée par référendum par le peuple qui en assure actuellement son écriture. Et pourrait bien se montrer inspirant pour d'autres...

25 commentaires
  • celljack - Inscrit 6 juillet 2011 16 h 34

    Wow, juste... wow wow wow wow!!!! :) :) :P

    J'espère juste trop que ce genre d'exercice démocratique pourra être fait chez nous. Il y a déjà des initiatives (QuébecVote par exemple) mais le mouvement ne touche que quelques intéressés.

    Il faut que ce sujet éclabousse les médias et la politique chez nous!

  • Laurence Piette - Inscrit 6 juillet 2011 17 h 14

    Wow aussi!

    Je suis d'accord que ce sujet devrait être plus discuté,
    je crois qu'il s'agit d'un exemple de ce que les "dégriseurs" voulaient dire par créativité collective... mais bon, il faut qu'il y ait une crise pour qu'on réagisse... c'est ce qui s'est passé pour eux! et avec la société vieissante, c'est moins porté à changer... mettre l'accent sur le droit des générations futures est loin de nous je crois!

  • Labelle Michel - Inscrit 6 juillet 2011 17 h 43

    Ce n'est pas tout!


    Non seulement l'Islande innove avec son projet de constitution, mais elle a innové en étant le premier pays dans l'histoire du monde à tenir responsable un premier Ministre pour les actes posés pendant qu'il était premier Ministre!

    L'Islande accuse de fraude Geir Haarde qui était premier ministre islandais en 2008 à l'époque de la débâcle financière :

    http://www.bbc.co.uk/news/world-europe-11432362

    http://www.guardian.co.uk/business/2011/jun/07/ice

    L'Islande est aussi le premier pays dans l'histoire du monde à refuser les dettes frauduleuses contractées par les banques établies en Islande :

    http://www.france24.com/en/20110410-voters-referen

    Voici ce que nous enseigne ce petit pays de 330 000 habitants fiers descendants des Vikings!

  • Marie Morneau - Inscrit 6 juillet 2011 18 h 21

    Un peuple résilient

    Bonjour, je suis consule honoraire d'Islande à Québec et je ne cesse d'être impressionnée par les Islandais, dont l'Althing est le plus vieux gouvernement démocratique du monde. Ils sont probablement le plus bel exemple de la résilience. Je vous invite à lire un peu de cette fabuleuse histoire de seigneurs terriens et de vikings conquérants qui ont toujours été parmi les peuples les plus cultivés de la planète. Et pourtant, s'ils sont encore si peu nombreux, c'est que la guigne s'est acharnée sur eux et les a frappés plus souvent qu'à leur tour. Bonne découverte.

  • sparte - Inscrit 6 juillet 2011 19 h 11

    un peuple avec un pays

    corriger si je trompe mais les islandais sont souverains en islande non?