Le livre, l'auteur et le numérique

La question vaut des millions et elle vient de se retrouver au centre d'une rencontre cette semaine de la Société civile des auteurs multimédia (SCAM) en France: comment l'écrivain va-t-il appréhender la mutation en cours du livre?

2011 sera l'année de la tablette électronique dit-on et dans ce contexte la SCAM a décidé de réunir plusieurs hautes pointures du monde de la littérature autour d'une table pour en disséquer les conséquences.

L'événement, filmé pour la postérité numérique, met en vedette l'auteur Benoît Peteers — qui vient de signer une nécessaire biographie de Derrida chez Flammarion en plus de poursuivre la scénarisation de la série bédé Les cités obscures —, Pierre Haski, co-fondateur de Rue 89 et Alban Cerisier, secrétaire général des Éditions Gallimard. Pour ne citer qu'eux. 

La gomme est grosse et le débat animé autour des grandes interrogations qui font vibrer actuellement l'univers de l'édition, de la lecture et de la diffusion: comment négocier le passage du livre texte au livre application? Dans quel cadre économique? Avec quel contenu? Sous quelle forme? Diffusé par qui?

En une heure trente, la rencontre a le mérite de tracer une nouvelle fois les contours de la profonde réflexion sur le livre et la littérature de demain. Avec au final toutefois plus de question en suspens que de réponses toutes faites... preuve que le milieu du bouquin est bel et bien en mouvement. 
3 commentaires
  • Charles F. Labrecque - Inscrit 22 janvier 2011 08 h 44

    Livre électronique

    Bientôt, c'est inévitable l’écrivain aura à sa disposition un programme facile d'utilisation et pourra construire un livre sans avoir recourt aux services d'un éditeur. Ce qui me fait dire que tout ce discours présent deviendra obsolète.
    Et cela sera a l'avantage du créateur puisqu'il ne sera plus à la merci des éditeurs.
    Par le fait même les livres seront disponible à meilleurs coûts et le créateur recevra sa juste part si son document a une valeur acceptable pour le public.

  • Daniel Bone - Inscrit 22 janvier 2011 12 h 59

    Livre électronique et maisons d'édition

    N'en demeure pas moins que la distribution et la promotion doit quand même avoir lieu. J'ai publié en auto-édition et je me retrouve devant un défi de taille face à cette réalité, car pour qu'il(l'œuvre) soit perçu "acceptable" par le public, il faut, à tout le moins, que celui-ci ait la chance de poser ses yeux sur cette lui.

  • flies - Inscrit 23 janvier 2011 13 h 30

    comment il est difficile d'être édité au Québec

    Avant de parler des i-pad, la plus grande difficulté pour un auteur est sans doute d'être édité.
    Ne vous en faites pas, envoyez votre manuscrit, vous aurez une réponse d'ici quelques mois, et on ne parle même pas du i-pad en 2011, pour le Québec.
    Mais si vous connaissez un auteur connu, intéressé par votre sujet, la vous allez vendre! et toutes les portes s'ouvrent, même à travers le monde, parce que celui-ci, a déja vendu à travers le monde, croyez-moi! pour quelqu'un de fort connu de la chanson pop.
    bonne chance au québec!