Pour en finir avec le pourriel

image Le chiffre est étourdissant: 95 %, c'est la part des pourriels, ces courriels non sollicités, qui transitent généralement dans les boîtes à lettres numériques. Cela laisse 5 % pour les messages pertinents. Pour vendre du faux Viagra, des remèdes naturels ou des lunettes permettant de voir à travers les enveloppes, ces pourriels sont un véritable fléau qu'il serait toutefois facile d'enrayer si les fournisseurs d'accès à internet mettaient l'épaule à la roue. C'est en tout cas ce que prétend un groupe d'experts en marge de la diffusion récente d'un rapport produit par L'Agence européenne de la sécurité des réseaux et de l'information (Enisa). Le Figaro en parle ici. La recette serait d'ailleurs porteuse, peut-on lire. En 2008, deux fournisseurs ont en effet fermé ses portes au site McColo, un endroit réputé pour héberger les cybercriminels et rapidement le niveau de pourriels a chuté de... 75 % sur ses serveurs (et dans les boîtes de leurs clients), «du moins pendant un certain temps, puisqu'il a suffi qu'un autre opérateur leur ouvre un accès pour que les pirates reconfigurent leurs machines et déménagent leurs programmes sur un serveur en Russie».