Yann Martel interpelle Harper mais c'est Obama qui répond

image Il y a dans la vie des petits moments délicieusement cyniques. Depuis près de trois ans, l'auteur canadien Yann Martel, qui a signé L'histoire de Pi (Denoël), s'est donné pour mission de sensibiliser le premier ministre Stephen Harper à la culture en envoyant un livre chaque semaine à son bureau fédéral d'Ottawa. Le projet politico-culturel est résumé sur un site intitulé Que lit Stephen Harper? Le Jules César de William Shakespeare, Bonjour Tristesse de Françoise Sagan, Le Petit Prince, d'Antoine de Saint-Exupéry et même la bande dessinée Persepolis de Marjane Satrapi sont du nombre des ouvrages envoyés au PM. À ce jour, 75 bouquins lui ont été adressés. Mais l'homme politique n'a jamais donné suite à ces envois autrement que par des accusés de réception écrits par son personnel, et ce, pour à peine 5 titres reçus. Or, dans les derniers jours, sans qu'il ne demande rien à personne, M. Martel a finalement reçu un commentaire littéraire d'un chef d'État. L'expéditeur? Barack Obama, président des États-Unis. «M. Martel, écrit l'illustre lecteur, ma fille et moi venons de terminer la lecture de l'Histoire de Pi. [...] C'est un livre charmant — une élégante preuve de Dieu et du pouvoir de la narration». À ce moment précis du présent billet, tout autre commentaire ne pourrait être que superflu.