Contrer la perte de la mémoire numérique

image Le cri du coeur est étonnant: un groupe de bibliothécaires britanniques vient de demander au gouvernement de prendre les mesures qui s'imposent afin de conserver la mémoire du web. Rien de moins. Selon eux, l'héritage numérique de la Grande-Bretagne est menacé. Il pourrait disparaitre à jamais sans une politique d'archivage adéquat. Actuellement, sur les quelques 8 millions de site web créés depuis 2004, le groupe n'a pu, pour le moment, assurer la conservation, dans les archives nationales et publiques, que d'un petit 6000, explique la BBC. Les permissions nécessaires à obtenir pour la mise en éternité de l'information réticulaire sont le principal frein à cette activité. Il risque aussi d'être à l'origine d'un «trou noir digital», disent-ils en réclamant haut et fort que les sites web, à l'image des livres et autres imprimés, soient automatiquement déposés dans les espaces archivistiques du pays. Cet appel à la réforme législative, au nom de la mémoire du web, pourrait bien inspirer d'autres coin du globe. Il arrive aussi alors qu'au Québec, un projet de construction de la mémoire de l'aventure numérique, par l'entremise d'un wiki, est en cours. Nous en parlions ici, il y a quelques jours.