La couverture des Jeux bouleversée par les réseaux sociaux

image Vancouver 2010 aura finalement été aussi Vancouver 2.0. C'est en tout cas ce que défend la blogueuse Alexandra Samuel dans ce papier très intéressant sur la façon dont les réseaux sociaux — Facebook, Twitter et les autres — ont passablement modifié la couverture de la grande messe du dépassement de soi, de la performance et de la pierre qui glisse. La démonstration passe une incursion dans les coulisses du True North Media House, un espace où à converger les blogueurs, twitteurs, photographes, vidéastes et consorts impliqués dans cette autre couverture des Jeux olympiques, cuvée hivernale. Le tout avec un projet simple: aller là où les médias traditionnels n'étaient pas. L'expérience est ainsi résumée: «Avec un groupe aussi divers de reporters (108 au total) qui couvrent l'actualité en fonction de leurs intérêts, cela donne des histoires complémentaires qui touchent autant les enjeux sociaux, l'art, la culture, le transport, la sécurité, la bière et le vin», dit Dave Olson, un des hommes derrière cette communauté en ligne qui, sous prétexte des Jeux, a peut-être écrit un nouveau chapitre dans l'histoire du journalisme.