Se défaire de l'Internet pour moins polluer

image On ne s'en sortira pas. Le Web divertit, c'est vrai. Mais il est aussi très... polluant. Un doute? Le Times nous apprend en effet qu'une recherche effectuée sur Google émettrait en effet entre 1 et 10 grammes de CO2. Cela dépend du temps passé pour la faire et du type d'ordinateur utilisé. Cette pollution est induite par la production électrique servant à alimenter les terminaux mais aussi les serveurs des centres de données consultés par les internautes. C'est le jeune Alex Wissner-Gross qui est à l'origine de cette analyse environnementale de nos comportements en ligne. «Google est très efficace pour sa fonction première, soit faire des recherches rapides. Et cela veut dire que l'entreprise a besoin de beaucoup d'équipement qui consomme beaucoup d'énergie», explique-t-il. Conséquence: deux recherches effectuées dans le célèbre moteur de recherche produit en moyenne la même quantité de dioxide de carbone qu'une bouilloire en marche pour amener l'eau d'une tasse de thé à bonne température, peut-on lire dans cette étude. Ce qui, ramené à l'échelle des millions d'internautes qui désormais ne peuvent plus se passer de Google, peut effectivement donner envie de boire de l'eau plate.