Tout le monde s'en fout où l'art de jouer avec les codes télévisuels en mutation

image C'est l'époque qui veut ça: La grammaire de l'information est en plein bouleversement et le journaliste Matthieu Dugal veut certainement en faire la preuve avec Tout le monde s'en fout (TLMSF), une émission expérimentale qui a pris son envol cette semaine sur les ondes du Canal Vox de Québec et, bien sûr, dans les espaces numériques de communication. Diffusée sur le web, cette rencontre informative vise à amener la radio à la télévision et la télévision à la radio en passant par le Net. Les grandes lignes sont d'ailleurs exposées ici, dans le cadre du chapitre un de cette aventure. En plus d'être la première émission de radio et/ou télé et/ou web «filmée avec des appareils photos», TLMSF veut également mettre à l'honneur «l'information sous le radar», ces «sujets intéressants sans tribune», résume le producteur Erik Tremblay. L'«emo-journalism», cette construction émotive de la nouvelle, est d'ailleurs au centre de ce premier volet diffusé depuis les bureaux d'iXmédia à Québec. «On connait la radio de Québec pour ses moins bons coups», dit M. Dugal qui, en prenant la barre de cette expérience médiatique cherche du coup à prouver que la Vieille Capitale, loin de la radio poubelle qui est la sienne, arrive aussi à se faire moderne. Bravo.