Comment rendre hommage à Jean-Paul L'Allier?

Le nom de Jean-Paul L’Allier sera sûrement associé à un lieu, une voie de communication ou un monument. Mais lequel?
Photo: Yan Doublet Le Devoir Le nom de Jean-Paul L’Allier sera sûrement associé à un lieu, une voie de communication ou un monument. Mais lequel?
Québec — Étant donné son rôle historique dans le développement de la capitale, le nom de Jean-Paul L’Allier sera sûrement associé à un lieu, une voie de communication ou un monument de la ville de Québec. Mais lequel choisir ?

Depuis hier, les suggestions se multiplient sur les médias sociaux. Beaucoup suggèrent de rebaptiser le parc Saint-Roch en son nom pour son rôle de symbole et parce que c’est lui qui l’a fait aménager.

D’autres comme le collègue François Bourque suggèrent de rebaptiser le boulevard Charest en son honneur? On pourrait aussi l’associer à la rivière Saint-Charles qu’il a fait nettoyer et réaménager. La ville pourrait prétexter des travaux récemment annoncés par le maire Régis Labeaume pour le faire.

Dans le cas d’Andrée P. Boucher, morte en exercice, le choix s’était imposé de lui-même. L’ancien hôtel de ville de Sainte-Foy sur de l’Église porte aujourd’hui son nom. Depuis la fusion, il abrite le bureau d’arrondissement et les services de police notamment.

Jean Pelletier a quant à lui été honoré devant la Gare du Palais où une place publique porte son nom depuis 2014 (l’ancienne Place de la Gare). En plus de souligner le travail de M. Pelletier comme maire de Québec, le choix de l’endroit faisait écho à son engagement au sein de Via Rail qu’il a présidé au début des années 2000.

Rien ne presse par ailleurs dans le cas de M. L’Allier puisqu’on attend désormais au moins un an avant de procéder à ce genre d’hommage.

Chose certaine, la plupart des gens s’entendent pour dire que l’hommage à M. L’Allier devrait être associé au quartier Saint-Roch dont il a permis la revitalisation.

Qu’en pensez-vous? Avez-vous des suggestions?
4 commentaires
  • Jean Richard - Abonné 6 janvier 2016 14 h 03

    Une seconde vie

    M" l'Allier n'aura pas réussi à ramener le centre-ville à Saint-Roch. C'était mission impossible car la vieille ville ne fait plus le poids face à la banlieue. Mais il aura travaillé à redonner une seconde vie à ce quartier abandonné, même si c'est moins grouillant qu'il y a quelques années.

    Débaptiser une rue ou un parc pour le rebaptiser, c'est un peu facile et ça ne rend pas l'esprit de ce maire généralement apprécié de la population. N'y aurait-il pas quelque chose à quoi on pourrait donner une seconde vie en lui donnant un peu plus d'envergure ? Ça pourrait être un simple escalier auquel on donnerait un peu plus de magnificence et dont on aménagerait les approches pour le rendre invitant, une sorte d'escalier-parc.

    En d'autres mots, il faut construire quelque chose et non se contenter de jouer avec des noms.

  • Bernard McCann - Abonné 7 janvier 2016 10 h 34

    Une grande part de Québec lui revient

    Tout comme Champlain a son quartier, je suggère simplement que l'on renomme le quartier Saint-Roch: le quartier Jean-Paul-L'Allier, de manière à ce que l'ensemble de la population de Québec garde un souvenir impérissable de ce batisseur. Et, d'autre part, qu'on lui érige une statue dans le jardin Saint-Roch, dont il a été le principal instiguateur. De cette manière, les passants et autres visiteurs pourront connaitre sommairement son oeuvre.

    Bernard McCann, Urbaniste

  • Pierre Fortin - Abonné 7 janvier 2016 16 h 06

    À quoi associer le nom de Jean-Paul L’Allier?


    Monsieur L'Allier citait récemment en entrevue le proverbe « Ce que tu veux faire pour moi, si tu veux le faire sans moi, tu risques de le faire contre moi ». Cette pensée qui a marqué sa vie politique l'a guidé dans la revitalisation du quartier Saint-Roch en respectant ses habitants et c'est avec eux qu'il a signé cette belle réussite. Alors pourquoi ne pas perpétuer cette œuvre de démocratie directe en sollicitant la participation citoyenne chaque fois que c'est possible? Réaliser les projets avec les citoyens plutôt que malgré eux.

    Par exemple, la politique du maire Labeaume est fortement contestée en matière d'aménagement urbain, comme à Ste-Foy où son projet d'immeuble pharaonique (Le Phare) rencontre une forte opposition citoyenne. Mais plus encore dans Saint-Sauveur où les citoyens déplorent la disparition prochaine du Centre Durocher, un lieu de rassemblement populaire que le maire actuel veut faire disparaître.

    Pourquoi ne pas choisir de fonder la gouvernance municipale dans la philosophie politique de Jean-Paul L'Allier, ce grand démocrate, qui savait que l'évolution d'une ville ne peut se faire contre la volonté de ses citoyens et qu'elle ne peut échouer si elle est appuyée par la communauté. La renaissance de Saint-Roch en est la plus belle réussite. Elle est aussi un exemple à suivre.

    Si l'œuvre du maire L'Allier est si marquante c'est beaucoup parce qu'il nous a montré que l'orientation de la politique municipale ne doit pas être assujétie aux desiderata d'une seule personne. Si le maire Labeaume veut respecter la mémoire de Jean-Paul L'Allier, il peut adopter sa philosophie dans ses rapports avec les citoyens et faire en sorte de pérenniser cette pratique dans l'administration de la ville.

  • Mario Laprise - Abonné 8 janvier 2016 09 h 49

    Délicat

    C'est toujours délicat de trouver un espace, une rue ou un édifice auquel donner le nom d'un personnage disparu important.

    J'y vais d'une suggestion : la rue Dorchester gagnerait à être renommée. Pourquoi pas lui donner le nom de M. L'Allier. On l'a fait à Montréal en rebaptisant ce boulevard en René-Lévesque.