Et si la croix du mont Royal devenait... une flèche!

Les deux artistes ont imaginé la croix du mont Royal en flèche lumineuse qui pointe vers le ciel, dans une exposition récente au Centre Clark.
Photo: Emmanuel Galland et François Lalumière Les deux artistes ont imaginé la croix du mont Royal en flèche lumineuse qui pointe vers le ciel, dans une exposition récente au Centre Clark.
Elle semble mal aimée, la croix, par les temps qui courent. En particulier celle du mont Royal. Comme si une croix n'avait plus sa place comme symbole fort de Montréal et qu'il fallait l'éliminer, la transformer ou la remplacer par un autre objet.

Hier, quelqu'un proposait d'intégrer ce symbole religieux aux lettres MTL géantes qui deviendraient une vitrine pour Montréal. Aujourd'hui, on transformerait plutôt la croix en immense flèche lumineuse qui pointe vers le ciel!

En apprenant le projet de transformer la croix du mont Royal en gros MTL lumineux pour le 375e anniversaire de Montréal, Emmanuel Galland a fait un petit soupir: il a lui-même déjà proposé sa propre transformation pour le symbole montréalais par excellence.

L'artiste et son complice François Lalumière ont imaginé la croix du mont Royal en flèche lumineuse qui pointe vers le ciel, dans une exposition récente au Centre Clark.

Il est drôle, Emmanuel Galland. Il qualifie lui-même son projet «d'utopiste et iconoclaste». «Avec la flèche, on regarde vers l'avenir, vers l'univers, vers d'autres planètes, on regarde ailleurs», dit-il. Au bout du fil, on devine un sourire en coin. Ou un petit clin d'oeil.

La flèche symbolise aussi la lance utilisée par les Premières nations au temps de la colonisation, explique-t-il. Elle symbolise un pan de notre histoire. Certains croient qu'il s'agit d'un symbole macho — le sigle du sexe masculin —, mais la flèche du mont Royal se voudrait plutôt pacifiste, selon lui.

Rien à voir, en tout cas, avec une forme de mise en marché ou de branding de Montréal. Rien de tape-à-l'oeil non plus. «On est des artistes, pas des gens de marketing», dit Emmanuel Galland.

«Nous respectons le patrimoine : nous n'habillons pas la croix, ne la déguisons pas, ne la tournons pas au ridicule, ajoute-t-il. Nous l'actualisons dans le sens de l'histoire et hors des querelles religieuses et partisanes. Plutôt : nous la rehaussons. Il s'agit bien d'une requalification de la croix en flèche et cela se fait sans artifice : avec uniquement ses éléments constituants.»

À voir en vidéo