Montréal lorgne la piscine de l’hôpital Royal-Victoria

Initialement réservée aux employés et aux patients de l’hôpital, la piscine était accessible au grand public depuis une dizaine d’années. À flanc de montagne et entourée de verdure, elle était décrite comme le secret le mieux gardé à Montréal.
Photo: Josée Lalonde-Roy Initialement réservée aux employés et aux patients de l’hôpital, la piscine était accessible au grand public depuis une dizaine d’années. À flanc de montagne et entourée de verdure, elle était décrite comme le secret le mieux gardé à Montréal.
On dit qu’il s’agit d’un joyau méconnu de Montréal. Installée sur le flanc sud du mont Royal, la piscine de l’hôpital Royal-Victoria est fermée depuis 2013. Avec le déménagement de l’hôpital vers le nouveau CUSM au printemps prochain, elle pourrait demeurer fermée encore longtemps. Or, la Ville de Montréal s’intéresse à son cas et pourrait bien tenter de mettre la main dessus. 

Initialement réservée aux employés et aux patients de l’hôpital, la piscine était accessible au grand public depuis une dizaine d’années. À flanc de montagne et entourée de verdure, elle était décrite comme le secret le mieux gardé à Montréal. 

En août 2013, à la suite du décès d’un baigneur, l’hôpital a décidé de fermer la piscine. Des problèmes de vandalisme avaient aussi été signalés, car la nuit, des visiteurs indésirables franchissaient la clôture.

« La piscine ne fait pas partie de notre mission première », signale Julie Paquet, porte-parole du CUSM, pour expliquer la décision de l’hôpital. « Nos effectifs sont plutôt concentrés sur notre déménagement. Mais on est ouverts à évaluer des offres sérieuses même si, pour nous, c’est un peu préliminaire, car c’est lié à l’enjeu de la réutilisation du site. » 

Campagne de mobilisation 

Or, une campagne de mobilisation lancée sur Facebook pourrait faire bouger les choses. L’initiateur de ce mouvement, Olivier Lapierre, qui travaille dans le domaine de l’architecture et du design, croit qu’il s’agit d’une occasion à saisir puisque l’hôpital Royal-Victoria sera déserté en avril 2015. La piscine se trouve sur un site exceptionnel et l’arrondissement de Ville-Marie ne compte aucune piscine publique extérieure sur son territoire, plaide-t-il. 

M. Lapierre a trouvé une oreille attentive chez le conseiller municipal du district McGill Steve Shanahan, qui, lors de la séance du conseil d’arrondissement de Ville-Marie la semaine dernière, a demandé au Service des loisirs et de la culture d’examiner la possibilité pour la Ville de récupérer la piscine. 

Maire de l’arrondissement, Denis Coderre a semblé voir d’un bon œil cette proposition. « Personnellement, je trouve que c’est une excellente idée d’en discuter. C’est un joyau », a-t-il dit. 

Les élus s’attendent à ce que les fonctionnaires leur soumettent une analyse à la prochaine assemblée prévue le 14 octobre. Mais des enjeux économiques et de sécurité devront être considérés, car dans la foulée de la réforme du financement des arrondissements, Ville-Marie devra composer avec une réduction de son budget de 13,7 %. 

« La beauté de ce site, c’est qu’il est sur la montagne. Mais le problème de ce site… c’est qu’il est sur la montagne. Il y a moins d’yeux pour voir ce qui s’y passe la nuit », reconnaît le conseiller Steve Shanahan. 

Plusieurs options

Olivier Lapierre croit que plusieurs options pourraient être considérées: que la Ville prenne la piscine sous son aile, qu’un organisme à vocation communautaire s’en charge, à moins que l’université McGill ait envie de la garder si elle fait l’acquisition de l’hôpital. « Dans un contexte général d’austérité, il faut trouver des solutions rapides, légères et économiques pour donner aux citoyens l’accès à des infrastructures », estime Olivier Lapierre.

« Ce qui est génial avec la piscine, c’est qu’elle est déjà construite. Et elle est relativement en bon état. Il y a une opportunité. Il faudra voir qui sera la première personne à mettre la main dessus. »